Licenciements : en Picardie la lutte s’unifie

De mémoire d’Amiénois, ce n’est pas souvent que l’on voit passer une manifestation dans les rues d’Amiens un 11 août.

Et pourtant, nous étions environ 200 à répondre à l’appel des salariés d’UTI (sous traitant de continental Clairoix) et en particulier les ouvrières et ouvriers de la manufacture Française de sièges (MFDS) située à Berteaucourt les Dames dans la Somme (80). Etaient également présent les Federal Mogul de Noyon qui sont en restructuration.. depuis trois mois.

Toutes et tous étaient là pour réclamer justice et pour dénoncer les pratiques de voyous de leurs dirigeants : pour les salariés d’UTI il s’agit en particulier (on croit rêver) de faire reconnaître à leur employeur qu’il est bien leur employeur…. Afin de permettre l’indemnisation des licenciements. Autrement dit nous avons affaire ici à un patron qui fait trimer les salariés et s’engraisse sur leur dos tant qu’il y a du boulot, puis essaye de nier que ceux-ci sont ses salariés au moment de les indemniser pour licenciements économiques.

Heureusement les UTI ne lâchent pas l’affaire ils sont installés dans un barnum devant l’usine Continental et bénéficient de la totale solidarité des « Conti »(quelques uns étaient présents ce 11 août).

Pour les salariés de MFDS entreprise appartenant auparavant au groupe Parisot et qui aurait encore de fort liens avec celui-ci (et oui !), la situation est encore plus scandaleuse car il semble que de restructuration en restructuration les dirigeants se soient servis puis encore servis (jetons de présence, dirigeant partant puis revenant en tant que consultant à des tarifs exorbitants…). Bref après 300 licenciements en 2006, puis une annonce de 194 licenciements en avril 2009, c’est finalement la liquidation totale qui s’annonce aujourd’hui.

Mais les salariés ont décidé de ne pas baisser les bras, ils s’apprêtent à se battre pour préserver l’outil de travail et disposent d’un « trésor de guerre » (stock de meubles neufs) conséquent. Ils vont avoir besoin de toute la solidarité possible dans ce combat.

Des militants du NPA de l’Oise et de la Somme étaient présents ce 11 août aux côtés des MFDS et des UTI. Le NPA était d’ailleurs la seule force politique présente ce jour (mis à part le député Gremetz). Cette manifestation est un signe encourageant vers l’unification de la lutte contre les licenciements.

Un autre rendez-vous s’annonce le 17 septembre devant la Bourse de Paris.

Sylvain D.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.