Les 2 nouvelles porte paroles du NPA....

Myriam Martin (le bras en écharpe...)

Née le 17 mars 1968. Issue d'une famille ouvrière communiste et cégétiste, elle est la petite fille d'un combattant antifranquiste et membre des FTP dans l'Aude.

Elle s'engage en politique en 1986 après la grève contre le projet Devaquet. Elle rejoint d'abord les JCR puis la LCR à Toulouse participant à tous les combats de l'époque : syndicalisme étudiant, antiracisme, mobilisation anti FN, participation aux mouvements de solidarité avec la Palestine et le Nicaragua sandiniste. Elle y effectuera, en 1989, un séjour d'un mois au sein d'une brigade internationaliste.

Afin de payer ses études elle travaille comme pionne dans l'Education nationale. Puis, elle devient prof de lettres en lycée professionnel. Elle est adhérente de la CGT depuis 1998 et y prendra des responsabilités tant nationale qu'académique. Elle est actuellement déléguée CGT au sein de son établissement.

Au delà du combat permanent contre la casse du service public d'éducation, elle s'engage avec détermination dans le soutien aux élèves sans papiers. Cela lui vaudra une interpellation à l'aéroport de Toulouse lors de l'expulsion d'un père de famille dont elle était la marraine en 2008.

Elle représente la LCR lors d'échéances électorales, devenant porte parole locale en 2002. En 2008 elle est candidate et tête de liste de la liste » Debout, la gauche qui ne renonce pas » à Toulouse, coalition unitaire LCR, les Motivés et des antilibéraux toulousains. Cette liste passera la barre des 5%.

Début 2009 elle participe activement à la fondation du NPA et est élue à sa direction nationale. Elle conduit la liste aux élections européennes dans le Sud Ouest où le NPA obtient 5,76%. Elle conduit la liste du NPA aux élections régionales de 2010, liste qui fait 2,89%.

Christine Poupin

Née le 9 septembre 1957.

Elle commence à militer à Nantes au milieu des années 1970, au lycée puis à l’université, dans les grèves générales contre les réformes successives. Dans ces années, elle rejoint le mouvement des femmes, pour le droit à l’avortement puis contre le viol et les violences conjugales. Elle est toujours militante au Collectif pour les droits des femmes. Elle s’engage aussi contre le nucléaire.

Arrivée à Rouen en 1989, embauchée dans une filiale du groupe Total en 92, elle devient militante à la CGT, dans une usine qui voit se succéder les plans de licenciements, les fermetures d’ateliers… et aussi l’intensification du travail. Elle s’investit au CHSCT dont elle devient la secrétaire.

Lors de l’explosion de l’usine jumelle à Toulouse le 21 septembre 2001, elle se bat pour le lien entre les victimes de l’intérieur et celles de l’extérieur, toutes victimes du capitalisme.

Elle est particulièrement investie dans les questions de santé au travail, contre les accidents du travail.

Entrée à la LCR en 1980, elle est élue conseillère municipales en mars 2008 à Sotteville-lès-Rouen sur une liste d’opposition de gauche à la municipalité PS-PCF : « Sotteville à Gauche Vraiment » (LCR, Alternatifs, militante-es syndicaux et associatifs, 14,6 %, 2 élu-es). Elle vient de démissionner afin de permettre, comme convenu, la rotation des élu-e-s.

Début 2009, elle participe à la fondation du NPA et est élue à sa direction nationale. Elle conduit la liste aux élections européennes dans le Nord-Ouest où le NPA enregistre son meilleur résultat, avec 5,80%.Aux élections régionales de 2010, elle conduit la liste du NPA qui fait 2,56%.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.