Le NPA repousse une nouvelle fois son congrès qui se tiendra début février

PARIS, 15 nov 2010 (AFP) - Le NPA a décidé une nouvelle fois de repousser son congrès suite au mouvement social contre la réforme des retraites qui " a modifié le rythme des débats", a indiqué lundi le parti d'Olivier Besancenot dont les membres se réuniront finalement du 4 au 6 février.
  Prévu dans un premier temps du 10 au 14 novembre, le congrès avait déjà été renvoyé, en septembre, au 10-12 décembre.
  Lors d'un Conseil politique national (CPN, parlement) qui s'est tenu ce week-end, le NPA a décidé à nouveau de repousser son congrès national aux 4, 5 et 6 février pour "permettre aux militants de disposer de six semaines supplémentaires pour mener les débats préparatoires".
  "Le mouvement social contre la réforme des retraites a modifié le rythme des débats qui avait été défini antérieurement", explique le communiqué du NPA.
  Le 11 décembre se tiendra toutefois une "conférence" pour "tirer les enseignements de ce mouvement extrêmement riche qui a mis en difficulté le gouvernement pendant ces deux mois de mobilisations" et un nouveau CPN est prévu le 12 décembre.
  Lors du congrès, deux textes sur le programme seront soumis au vote de militants. Un minoritaire et celui de la direction "sur les réponses à la crise" adopté à 83% des membres du CPN le 19 septembre dernier, avait alors indiqué Pierre-François Grond, du comité exécutif du NPA.
  Par ailleurs, trois "textes d'orientation" seront en concurrence. Celui soutenu par MM. Besancenot et Grond ("maintien d'un profil anticapitaliste unitaire dans les mobilisations mais indépendant" du PS) avait recueilli "un petit peu moins de 70%" au CPN, selon M. Grond.
  Un texte plus unitaire estimant que les portes sont encore ouvertes avec le Front de gauche PCF-PG, avait récolté 19% et un autre plus identitaire 14%.

Une quatrième tendance est également apparue depuis pour "redéfinir le NPA comme un parti révolutionnaire trostkiste" autour d'un ouvrier de Peugeot-Mulhouse, a dit lundi à l'AFP Pierre-François Grond, du comité exécutif du NPA.
  Selon lui, le texte qu'il soutient avec M. Besancenot sera "majoritaire mais pas à la hauteur de 70%" car les militants "ne sont pas forcément en adéquation avec le CPN" qui avait été élu lors de la fondation du NPA en février 2009. "ça ne correspond pas à la réalité politique du NPA", a-t-il dit, ne souhaitant toutefois "pas faire de pronostic interne".
  jud/aml/DS

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.