Le Hamas et le Fatah décident de former un gouvernement de transition

Les organisations palestiniennes rivales ont accepté de former un nouveau gouvernement de transition qui restera en place jusqu’à ce que des élections présidentielles et législatives puissent se tenir, a annoncé un haut responsable du Hamas jeudi soir.

Accompagné des représentants de 14 organisations différentes lors d’une conférence de presse au Caire, le responsable du Hamas, Mussa Abu Marzuq, a déclaré que les principes d’un accord avaient été fixés pour former un gouvernement de transition. Les organisations sont au Caire pour tenter de mettre un terme à deux ans de division politique palestinienne.

Ahmad Qurei, le chef de la délégation du Fatah aux entretiens organisés par l’Egypte, a indiqué, « ce gouvernement pourrait être formé et approuvé par toutes les factions palestiniennes ou pourrait être un gouvernement de techniciens, ou [une autre forme de] gouvernement approuvée par les comités, » se rapportant aux groupes de travail étudiant les détails de la réconciliation.

« Les groupes travailleront de façon équilibrée avec des réunions séparées pendant une période spécifique. Puis il y aura des conclusions de ces comités qui seront mises en application immédiatement, » a dit Qurei.

Abu Marzuq a abordé la question de la reconstruction de Gaza qui « a besoin d’appui, d’une aide qui soit fournie aux gens. »

Il a également parlé de la question du passage des frontières vers la bande de Gaza : « L’Egypte travaillera à résoudre le problème des passages frontaliers avec Israël, en particulier le passage de Rafah pour lequel l’Egypte travaillera à un nouvel accord. »

Mustafa Al-Barghouthi, secrétaire général de l’Initiative Nationale Palestinienne, a déclaré de son côté : « toutes les factions palestiniennes feront face ensemble à tout nouvel assaut israélien. »

Le responsable du Parti du Peuple Palestinien, Bassam Comme-Salhi, a dit : « nous sommes passés de la lutte de pouvoir au dialogue. »

Abed AR-Raheem Maluh, secrétaire général adjoint du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a indiqué que « l’unité est la seule option pour les Palestiniens. »

Samir Ghusha, le secrétaire général du Front Populaire Palestinien a déclaré que « les comités étudieront le 10 mars toutes les options »

« Il y a trois options. Soit gouvernement d’unité nationale, soit un gouvernement avec de représentants des organisations et des personnalités, ou un gouvernement de techniciens. »

Talal Naji, le secrétaire général du FPLP-Commandement Général a expliqué, « cette réunion est un indicateur positif ; il vaut mieux venir en retard plutôt que ne jamais venir. » Il a ajouté que « l’héroïque résistance du peuple de Gaza a créé une atmosphère appropriée pour organiser cette réunion. »

Ziad Nakhalah, le secrétaire général adjoint du Jihad islamique a expliqué : « les réunions d’aujourd’hui sont une percée dans un grand mur au bénéfice de toutes les organisations, c’est un nouveau début pour résoudre les problèmes palestiniens. »

Saleh Ra’fat, le secrétaire général du FIDA a indiqué : « avec le travail des comités, nous avons franchi la première étape vers l’unité. »

Wasel Abu Yousef du Front Arabe de Libération a réclamé un examen sérieux de la situation palestinienne à la lumière de l’occupation qui perdure, de la construction du Mur israélien de séparation [Mur d’Apartheid] et des colonies. « Cet examen devrait relever d’une stratégie nationale pour l’établissement d’un état palestinien. »

 

26 février 2009 - Ma’an News Agency - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/en/index.ph...
[Traduction : Info-palestine.net]

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.