La délicate essence du socialisme. L’association, l’individu & la République de Philippe Chanial

Philippe Chanial s’intéresse à une galaxie passionnante de penseurs et militants français déployant un socialisme républicain, associationniste et libertaire. Les principales figures ? Pierre Leroux (1797-1871), Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), Benoît Malon (1841-1893), Eugène Fournière (1857-1914), Jean Jaurès (1859-1914) et Marcel Mauss (1872-1950). Tous étaient anticapitalistes !
Pour eux, indissociablement « individualistes » et « collectivistes », « le droit individuel d’être soi, d’être à soi, présuppose un droit social de propriété ». Cet « impératif de socialisation » de l’économie ne renvoie pas à une étatisation, car il ne suppose pas « l’extension du champ d’intervention de l’État mais bien davantage l’extension du domaine public, pris en charge par [une] pluralité d’associations ».
Cela dessine un « individualisme social », « relationnel », celui des « individus associés », contraire à l’individualisme atomisant et concurrentiel du néolibéralisme.
Chanial tend à opposer cette place de l’individualité à Marx, en le confondant avec une forme particulièrement simplificatrice et collectiviste du marxisme : le guesdisme. Pourtant, Marx faisait des individus insérés dans des rapports sociaux un des axes de ses analyses. Le philosophe Michel Henry a ainsi été un des premiers à réévaluer en 1976 dans son Marx (Gallimard, 2 tomes) le statut marquant de la subjectivité individuelle chez l’auteur du Capital. Chanial insiste également sur l’anticapitalisme « réformiste » de ces théoriciens, alors que tant Proudhon que Jaurès apparaissent plutôt réformistes et révolutionnaires.

Un livre pour découvrir, réfléchir, discuter.
Philippe Corcuff

Éditions Le Bord de l’Eau, 296 pages, 22 euros

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.