Hommage. Claude B. Levenson

Claude B. Levenson est décédée le lundi 13 décembre 2010 à Lausanne.
«  La question du Tibet est une question de domination coloniale : l’oppression du Tibet par la Chine et la résistance du peuple. » « Certains voient la question tibétaine comme une cause d’arrière-garde entre tenants d’un passé idéalisé et la modernité emmenée par la Chine. Le fond du problème n’est pas là, il est dans l’existence ou non de la colonisation. Or l’ère des colonies est révolue depuis longtemps… »
Claude était formidable ! Fille d’une résistante communiste FTP et d’un père juif déporté et massacré à Auschwitz dès 1941 à la suite de la dénonciation d’un voisin parisien, elle fit ses premières armes dans l’orbite stalinienne. Admise à la prestigieuse université Lomonossov de Moscou au mitan des années 1950, elle comprit tout de suite la nature du régime stalinien. Elle profita quand même de son séjour à Moscou pour apprendre le russe, le sanskrit, l’hindi et le persan et commencer à sympathiser avec la cause tibétaine victime de la Chine encore amie de l’ex-URSS.
Avant de devenir la militante inlassable de la cause tibétaine, elle s’était frottée aux dictatures d’Amérique latine (Argentine principalement) mais la résistance spirituelle des Tibétains à une force d’occupation aussi féroce emporta son adhésion et devint la cause de sa vie. Elle se disait « philosophiquement bouddhiste » mais n’était pas dupe sur toute la « bigoterie » occidentale autour du Dalaï Lama dont elle était devenu une proche au fil des ans.
Elle a écrit plus de 20 ouvrages sur le bouddhisme, la Birmanie et le Tibet dont Tibet, la question qui dérange (Albin Michel).
Tu vas laisser un vide immense dans la défense de ce petit peuple de l’Himalaya qui, comme tu le disais, ne fait que poser le problème de notre propre liberté.
S. Chardon

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.