Grève des postiers du 92 : répression et préparation de la journée de jeudi pour Gaël et Brahim

Nouvelle prise de parole à la PFC
Ce matin, les grévistes se sont rendus à la PFC pour une prise de parole auprès de l’équipe du matin. Plutôt que de « bouder » un centre qui n’est plus en grève reconductible, les grévistes ont bien compris l’enjeu de maintenir le lien avec ce centre stratégique. L’accueil y a d’ailleurs été bon : les colipostiers de l’équipe de matin, l’idée d’une mobilisation importante jeudi prochain en défense de Gaël et Brahim fait son chemin.

Visite de la direction Colis par les grévistes… et par la police !
Pour que la direction du Colis ne croit pas qu’elle est tirée d’affaire, les grévistes sont de nouveau venus se rappeler au bon souvenir des dirigeants au Siège Colis à Issy. Malgré tous les dispositifs sécuritaires, malgré une voiture de police qui a tenté de s’interposer lors de l’entrée des grévistes dans les locaux (sans aucune effraction, une fois de plus, s’il est besoin de le rappeler), les postiers ont à nouveau trouvé le chemin des bureaux de la direction.
Et là : nouvelle ordonnance d’expulsion signifiée par huissier, mais qui cette fois-ci concerne tout le monde, y compris les représentants syndicaux. Curieuse logique que celle de la « Justice » : n’importe quel cadre supérieur, même le plus prétentieux et inutile, n’importe lequel des « emplois fictifs » qui peuplent les directions et autres Sièges sociaux du Groupe peut se rendre dans un quelconque centre postal et être accueilli comme s’il était chez lui. Mais quand de « simple » postiers, sans lesquels pas une lettre ou pas un colis ne serait distribué, demandent après 55 jours de grève à pouvoir tout simplement négocier, on leur envoie des escouades de flics.

Jeudi : mobilisation pour Gaël et Brahim !
Les grévistes se sont fixés un objectif central dans la semaine : mobiliser un maximum de monde en soutien à Gaël et Brahim, qui risquent le licenciement. Jeudi est convoquée la 1ère  commission disciplinaire de Gaël, mais lui comme Brahim ont choisi de les boycotter. Tout d’abord parce que faire passer des syndicalistes en discipline pour leur activité syndicale est une mascarade. Mais nous savons également que le type de mobilisations que Gaël et Brahim s’efforcent de construire, comme celle qui a lieu à l’heure actuelle et qui tend à regrouper plusieurs bureaux et à déborder les frontières entre métiers et entre départements, ce type de mobilisations pose un sérieux problème à la direction de La Poste. Jeudi sera donc une journée spéciale de mobilisation autour d’un objectif : aucune sanction pour Gaël et Brahim !

Comité de grève des postiers du 92

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.