François Hollande : paroles, paroles, paroles…

-A +A
Politique
actualité

L'aggravation de la crise politique ouverte par l'affaire Cahuzac, a obligé une nouvelle fois Hollande à intervenir pour présenter son fameux "choc de transparence". Au vu des annonces faites, rien ne changera.

Alors que la justice voit ses moyens de plus en plus réduits, le président propose de créer, sans moyens supplémentaires, des structures juridiques, qui pour partie existe déjà, comme un parquet financier contre la corruption ou une « haute autorité indépendante» chargée de surveiller le patrimoine des éluEs.

Pour lutter contre les paradis fiscaux, Hollande propose simplement d’en établir la liste annuelle. Suprême audace il demande aux banques françaises qu’elles lui communiquent la liste de leurs agences installées dans ceux-ci. Comment mieux dire que le but recherché est bien un effet d’annonce sans aucune volonté politique de s’attaquer à la fraude fiscale.

Par sa deuxième intervention en une semaine, Hollande démontre qu’il ne cherche que le maintien d’institutions au service de ceux qui licencient, ferment les entreprises, précarisent au nom du profit et qui mettent leur argent aux quatre coins de la planète pour payer le moins d'impôt possible. Il recadre au passage ses quelques ministres qui ont osé exprimé un désaccord avec sa politique d’austérité.

Il y a urgence à reprendre nos affaires en main, en commençant dans la rue lors des prochaines échéances sociales, le 1er mai, le 5 mai et le 11 mai à Notre-Dame-Des-Landes. Il faut en parallèle nous rassembler, débattre afin de faire émerger un nouveau système réellement démocratique, social, au service du plus grand nombre et non plus des riches et des patrons.

Montreuil le 10 avril 2013