Face au piège du nationalisme, la solidarité des travailleurs et des peuples

Dimanche dernier, à l'Est de l'Ukraine, a été proclamée, après l'organisation d'un référendum, « la République populaire de Donetsk » qui a aussitôt demandé son rattachement à la Fédération de Russie. L'hymne ukrainien y est interdit, l'élection présidentielle du 25 mai annulée. C'est là un nouveau pas vers l'éclatement du pays, vers la guerre civile, dans l’enchaînement meurtrier des surenchères nationalistes attisées par les extrêmes droites, les oligarques et les grandes puissances.

Surenchères meurtrières

Cette déclaration d'indépendance vient après une exacerbation des tensions orchestrée par les milices d'extrême-droite ukrainiennes et pro-russes qui prennent les populations en otage.  Elles utilisent la révolte et le désespoir nés de la misère, du chômage, pour les dévoyer en dressant les populations les unes contre les autres et tenter des'assurer des pouvoirs. C'est ainsi qu'à Odessa, le 2 mai, lors d’affrontements entre les « partisans de l’unité de l’Ukraine » et des « séparatistes pro-russes », plus de 40 d’entre eux sont morts pour rien… et dans la région de Donetsk on compte également déjà plus de 40 victimes.

Rivalités entre grandes puissances

Les manifestants de Maïdan mobilisés contre la régression sociale, la dictature et la corruption croyaient pouvoir espérer mieux en regardant du côté de l'Europe, mais l’oligarchie est parvenue à détourner la colère populaire par l’exacerbation de l’hystérie nationaliste. Le peuple travailleur de l’Ukraine est devenu le jouet des rivalités et des luttes d'influence entre la Russie de Poutine et l'Europe capitaliste alliée aux USA.

Les manœuvres, la brutalité, le cynisme de Poutine sont insupportables mais la propagande déployée par les gouvernements occidentaux et les médias le sont tout autant. Ils dénoncent les agissements de Poutine pour mieux justifier leur propre politique qui vise à dominer le marché de l'Ukraine et à y imposer les contre-réformes néolibérales. Ils soutiennent le gouvernement de Kiev pour mieux soumettre ce pays au FMI. Ils portent, tout autant que Poutine, la responsabilité de l'engrenage meurtrier qui est en train de plonger l'Ukraine dans la guerre civile comme, il y a vingt ans, la Yougoslavie.

Droit des peuples et solidarité internationaliste

La situation dramatique que connaît l'Ukraine est aussi la conséquence des sentiments nationalistes qu’entretiennent les démagogues au sein d’une fraction des classes populaires victimes des politiques des classes dominantes et sans espoir ni perspectives.

C’est vrai en Ukraine mais ici aussi comme dans toute l’Europe. Il y a là un piège mortel.

Seuls les travailleurs et les classes populaires eux-mêmes sont à même de faire respecter les droits des peuples comme les droits sociaux et démocratiques. Seule leur intervention pourrait empêcher la guerre civile d'embraser l'Ukraine comme elle pourrait, au niveau de toute l'Europe, enrayer les méfaits de la politique des classes dominantes, construire une Europe de la solidarité et de la coopération. C’est cette perspective que défendent les listes présentées par le NPA  aux élections européennes, « Pour une Europe des travailleurs et des peuples, envoyons valser l’austérité et le gouvernement ».

                                                                                             Le 14/05/2014

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.