Extrême droite : ne pas leur laisser la rue

Alors que la progression du FN semble marquer le pas dans les sondages, passant de 17 % à 14 % d’intentions de vote pour les municipales, la « fachosphère », dopée sans doute par l’affaire Dieudonné, semble chercher un second souffle lui permettant de renouer avec le succès des manifestations du printemps dernier.

Des intégristes…
Dimanche 19 janvier à Paris, ce sont les cathos intégristes de la « marche pour la vie », inspirés par le vote dans l’État espagnol d’une loi anti- avortement, qui réunissaient quelques milliers de manifestantEs avec le soutien du pape François. 
On notera la présence en tête du cortège de Sainte Christine Boutin et du fasciste Bruno Gollnish, deux habitués de ces manifestations prétendument apolitiques… À l’appel d’organisations féministes et du STRASS, après avoir tenté de bloquer le cortège des réacs, un contre- rassemblement se tenait place d’Italie aux cris de « vos rosaires hors de nos ovaires » ou « mon corps m’appartient ».

… au « jour de colère »
« Parce que nous avons tous au moins une raison d’être en colère contre ce gouvernement »… Apparu en novembre, le site Jour de colère appelle « les citoyens » à manifester à Paris le dimanche 26 janvier. Parmi les signataires, on peut trouver des sigles fantaisistes tels « camping pour tous », ou « les vaches à lait », à côté de vieilles connaissances comme Civitas, Riposte laïque ou le Printemps français, ce qui devrait lever tout doute sur l’origine politique de cet appel.
Pour ajouter à la confusion, les organisateurs n’ont pas hésité à mentionner « les bonnets rouges » comme co-organisateur… sans préciser bien sûr qu’il s’agit d’un comité local lyonnais animé par les Identitaires. Après avoir par deux fois appelé sur son site à participer à la manifestation, Dieudonné se voit confronté à l’hostilité de Riposte laïque et reste très discret sur ses intentions.

Une seule solution : la mobilisation !
L’extrême droite entend reprendre la rue. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les collages massifs réalisés dans Paris ces derniers jours. Lui barrer la route commence déjà par lui contester les murs. Passer à l’offensive passe par la mobilisation sur nos lieux de travail, nos facs, nos lycées, et nos quartiers.
La manifestation organisée à Arcueil contre le Front national samedi 18 janvier a réuni plus de 400 personnes (cf. article page 10). Ce succès est le fruit d’une mobilisation de plusieurs semaines qui a permis d’agréger bien au-delà du cercle des antifascistes déjà convaincus. Ce travail de quartier est indispensable : il n’y aura ni raccourci ni évitement.

Alain Pojolat

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.