Europe : relance et austérité

Le monde traverse actuellement la plus importante crise économique depuis 1929. La relance économique se fait attendre. Au contraire, la faible croissance, voire la récession, se prolonge et s’amplifie. Le chômage atteint des niveaux qualifiés de « records historiques ». La crise est particulièrement forte en Europe. Au nom de la réduction de la dette, les politiques d’austérité et de réduction des déficits sont à l’ordre du jour dans l’Union européenne. Déficit budgétaire, dette publique, keynésianisme, monétarisme, traité de Maastricht : dans cet article, publié en août 1992, Ernest Mandel met en perspective ces thèmes d’une façon qui a largement gardé son actualité.

C’est l’économiste anglais John Maynard Keynes qui a mis à l’ordre du jour l’usage du déficit budgétaire comme moyen de combattre la crise économique et le chômage1. […]

D’un point de vue théorique, augmenter la demande globale (le pouvoir d’achat effectivement disponible) dans un pays donné facilite la relance économique pour autant qu’il y ait des capacités de production disponibles : chômeurs, réserves de matières premières ou de produits intermédiaires, machines qui ne tournent pas à plein temps, etc. Ces ressources non utilisées sont en quelque sorte mobilisées par le pouvoir d’achat supplémentaire qui résulte du déficit budgétaire. Ce n’est que lorsque ces réserves sont épuisées qu’un déficit budgétaire débouche fatalement sur l’inflation.

Déficit budgétaire et répartition des revenus
Mais, ici, il y a anguille sous roche. […] la bourgeoisie préfère souscrire à des emprunts d’état (obligations) plutôt que de payer des impôts : les premiers rapportent, les seconds non. Et l’évasion fiscale est un phénomène universel en société bourgeoise au xxe siècle. Dès lors, le déficit budgétaire s’accompagne pratiquement toujours d’un développement de la dette publique.

Le service de cette dette occupe une part croissante dans les dépenses publiques. Il tend dès lors à accroître le déficit budgétaire, sans effet bénéfique pour l’emploi. Au contraire: comme les salariéEs paient l’essentiel des impôts, la croissance de la dette publique implique en réalité une redistribution du revenu national aux dépens de salariéEs et au profit de la bourgeoisie.

Toutefois, l’accroissement des revenus des capitalistes ne stimule-t-il pas les investissements et donc l’emploi ? C’est la thèse des partisans de la « relance par l’offre », adversaires de Keynes dans les années 1930 et fort influents depuis l’ère Reagan et Thatcher2.

À nouveau, il n’y a rien d’automatique à cela. L’argumentation de Keynes à ce propos est convaincante. Les capitalistes ne sont pas obligés d’investir leurs revenus supplémentaires dans la production. Ils peuvent préférer thésauriser ces ressources ou les utiliser à des fins spéculatives. Même lorsqu’ils investissent, il peut s’agir d’investissements de rationalisation qui suppriment des emplois plutôt que d’en créer. Ce qui constitue la dominante depuis le milieu des années 1970.

En réalité, les capitalistes « ne travaillent pas dans l’intérêt général ». Ils opèrent des choix afin de maximiser leurs profits. Ce comportement aboutit précisément à l’accroissement périodique du chômage et aux crises économiques plus ou moins longues. Au cours de ces crises, la masse et le taux de profit chutent. La restauration du profit est dès lors la priorité absolue pour la bourgeoisie. L’accroissement du taux d’exploitation des salariéEs – le taux de plus-value, selon la formulation de Marx – est l’« instrument » privilégié pour arriver à cette fin. Ce n’est point un hasard si la politique d’austérité est partout à l’ordre du jour. En dernière instance, déflation « monétariste » et inflation keynésienne ne sont que deux variantes d’une orientation fondamentale.

Dépenses d’armement et crédit
Le bilan historique de la politique keynesienne est d’ailleurs fort net. L’expérience la plus prometteuse, celle du New Deal de Roosevelt aux États-Unis, s’est soldée par un échec cuisant. Malgré l’essor des dépenses publiques, elle a débouché sur la crise de 1938, avec plus de 10 millions de chômeurs. Ce n’est que l’économie de réarmement accéléré qui contribua à éliminer le chômage massif. Ceci confirme le diagnostic de Rosa Luxemburg, avant la Première Guerre mondiale. Elle voyait dans l’économie d’armement « le marché de substitution » – c’est-à-dire de nouveaux débouchés pour la vente de marchandises et la réalisation de la plus-value – par excellence à l’époque impérialiste. En effet, l’ampleur des dépenses d’armement aux États-Unis servit, après 1948, de moteur à l’expansion économique du système capitaliste dans son ensemble. Ce type de dépense sous-tend « l’onde longue expansive » des années 1950-1970, au prix néanmoins d’un déficit budgétaire et d’une inflation permanents.

L’autre stimulant principal de l’expansion résida dans le gonflement énorme du crédit, c’est-à-dire de l’endettement des grandes firmes ou des ménages les moins pauvres. Le « petit crédit » adressé à des secteurs sociaux relativement démunis prit même de l’ampleur depuis la récession de 1974-1975, que ce soit aux États-Unis ou en Europe. Durant l’après-guerre, l’économie capitaliste a flotté vers l’expansion sur un océan de dettes. […] L’explosion de l’endettement représente également un « marché de substitution ». Il crée un pouvoir d’achat supplémentaire qui permet d’amortir les effets des contradictions internes de l’économie capitaliste. […]

Un déficit pour quoi et pour qui ?
[…] Le véritable débat ne concernait pas l’ampleur du déficit budgétaire, mais sa destination. Quelles classes sociales ou sous-fractions majeures des classes sociales en profiteraient ; avec quels résultats pour l’ensemble de l’économie et de la société? À ce propos, les données empiriques sont probantes. Le néokeynésianisme3 de Reagan et de Mme Thatcher, associé aux impératifs dits « monétaristes » (stabilité monétaire à tout prix), a brutalement renforcé partout l’offensive d’austérité. On a réduit les dépenses sociales et les dépenses d’infrastructure; on a gonflé aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans une moindre mesure au Japon et en Allemagne les dépenses d’armement. On a accru les subsides sous diverses formes aux entreprises privées. On a stimulé l’extension du chômage et des inégalités sociales. […]

Les effets sociaux globaux ont été encore plus désastreux. Les cours d’économie du développement enseignée dans toutes les universités du monde affirment, à juste titre, que les investissements les plus productifs à long terme sont ceux dans l’enseignement, dans la santé publique, dans l’infrastructure. Mais, les dogmatiques du néolibéralisme oublient cette sagesse élémentaire lorsqu’ils abordent les problèmes des finances publiques sous l’angle d’un « équilibre » à rétablir à tout prix. Ils sabrent de préférence dans les dépenses d’enseignement, de santé publique, de sécurité sociale et d’infrastructures avec les effets nocifs connus à terme, y compris sur la productivité.

Est-ce à dire que socialistes et humanistes doivent quand même donner la préférence au keynésianisme traditionnel, qui débouche sur des variantes diverses du « Welfare State » par rapport au cocktail empoisonné du monétarisme et du néokeynésianisme qu’on nous sert actuellement ?

La réponse semble couler de source. Nous devons cependant la moduler. Le keynésianisme traditionnel implique des formes diverses d’exercice et de partage du pouvoir dans le cadre de la société bourgeoise. Cela aboutit toujours à des formes diverses de « contrat social » et de consensus avec le Grand Capital fondé sur ce qui est acceptable par ce Grand Capital, c’est-à-dire de « consensus » à sens unique (« socialisme gestionnaire  »). À cela nous opposons la priorité absolue à la défense des intérêts immédiats des salariéEs et des objectifs valables des « nouveaux mouvements sociaux » (écologistes, féministes, pacifistes, de solidarité avec le tiers-monde). Cela réclame le maintien (ou la reconquête) de l’indépendance politique de classe des salariéEs.

Par ailleurs, le keynésianisme traditionnel en tant que moindre mal par rapport à la politique de déflation n’a de sens que s’il débouche sur la réduction rapide et radicale du chômage. Or, dans les conditions actuelles, le néokeynésianisme aboutit à l’accroissement du chômage et de la marginalisation de secteurs grandissants de la population. Il n’empêche en rien la réalisation du dessein néolibéral d’une société « duale », c’est-à-dire de division institutionnalisée au sein des salariéEs, donc de dégradation et de démoralisation croissante d’une fraction de ces derniers. Par la dépolitisation et le désespoir que celles-ci nourrissent, un bouillon de culture est créé pour le développement d’une extrême droite « néofasciste ».

Multinationales et État national
Le « capitalisme tardif » est d’ailleurs marqué par une concentration et une centralisation internationales du capital sans commune mesure avec le passé. Les sociétés multinationales, ou transnationales, sont devenues la forme d’organisation principale du Grand capital. Moins de 700 d’entre elles dominent de larges segments du marché mondial. Face à la toute-puissance de ces transnationales, l’État national traditionnel est de moins en moins capable d’appliquer dans les faits une politique économique cohérente et efficace.

Certes, les multinationales ne sont point la seule forme de grandes entreprises. À côté d’elles subsistent des trusts essentiellement « nationaux », ainsi que des entreprises publiques ou semi publiques, dans des proportions diverses selon les pays. Le rôle économique de l’État national n’est donc pas réduit à zéro. Néanmoins, la tendance à long terme va dans le sens d’un déclin graduel – pas total, pas immédiat – de l’efficacité de l’interventionnisme économique de l’Étal national. L’offensive idéologique du néolibéralisme est dans une large mesure le produit et non la cause de cette évolution de fond.

Face à la montée des entreprises transnationales, l’État national n’est plus un instrument économique adéquat pour des fractions déterminables de la bourgeoisie. Toutefois, la classe dominante a besoin de l’État à des fins d’autodéfense. Elle a besoin de l’État national pour défendre ses intérêts particuliers – entre autres dans les instances supranationales – par rapport à ses concurrents étrangers. Elle a besoin de l’État pour amortir le choc des crises économiques et sociales. Elle a besoin de l’État à des fins de répression en cas de crises socio-politiques explosives.

Dans la mesure où l’État national la sert moins, elle cherche donc à lui substituer des institutions supranationales. Toutefois, pour que ces dernières acquièrent un véritable caractère étatique, il faut surmonter d’importants obstacles politiques, culturels, idéologiques. Ceci s’avère beaucoup plus compliqué qu’originellement prévu. Ainsi, l’unification de l’Europe reste suspendue à mi-chemin entre une confédération vague d’États souverains et une fédération européenne à caractère réellement étatique avec une monnaie commune, une Banque centrale commune, une politique industrielle et agricole commune, une armée et une police communes, le tout représenté par un véritable gouvernement commun. Les institutions résultant de l’Acte unique ou des Accords de Maastricht reflètent bien ce caractère hybride. Il s’agit d’institutions pré-étatiques, semi-étatiques. Le véritable pouvoir reste entre les mains du Conseil des ministres de la CE, c’est-à-dire des douze4 gouvernements associés. Les véritables abandons de souveraineté sont fort limités. La disparité des situations nationales y est évidemment pour beaucoup.

L’austérité européenne
Les Accords de Maastricht imposent aux États une réduction du déficit budgétaire à 3 % du PIB à des fins de stabilité monétaire. […] Le seul fait que le contenu des Accords de Maastricht implique une aggravation des politiques d’austérité suffirait déjà pour que le mouvement ouvrier et la gauche « non respectueuse » rejettent ces accords. Il ne faut toutefois pas être dupe. En réalité, Maastricht, sous couvert de « rigueur budgétaire », n’offre qu’une simple excuse pour la poursuite et le durcissement d’une politique d’austérité dans laquelle tous les gouvernements concernés s’étaient déjà engagés. C’est cette politique qu’il faut viser au-delà des seuls Accords de Maastricht.

C’est dire que l’opposition à Maastricht ne doit point prendre la forme d’un repli protectionniste et nationaliste. Il nous laisserait simplement confronté avec la même politique d’austérité. Il lui apporterait même une « justification » idéologique supplémentaire: la défense de la souveraineté nationale : n’est-ce pas sous le prétexte de défendre la « capacité de concurrence nationale », celle de « notre » industrie, que des directions social-démocrates et syndicales s’engagent pleinement dans la voie de la politique d’austérité ?

Face à l’internationalisation croissante du capital et au pouvoir croissant des multinationales, il n’y a, au fond, que deux stratégies concevables pour les salariéEs, leurs organisations politiques et syndicales et les nouveaux mouvements sociaux. La première est celle d’une collaboration avec sa propre classe dominante contre « les » Allemands, « les » Britanniques, « les » Français, « les » Japonais... C’est une orientation idéologique réactionnaire, nourrissant le chauvinisme, l’égoïsme à courte vue, la xénophobie, voire le racisme.

C’est aussi une politique qui n’ouvre aucune perspective. Les multinationales trouveront toujours un pays où les salaires sont plus bas, les conditions de travail plus dures, les libertés démocratiques plus restreintes. S’engager dans celle voie nationaliste, de défense de « notre industrie », revient à être aspiré dans une spirale déclinante cumulative des revenus, des conditions de travail et des libertés, au nom de la concurrence. C’est aller vers une « égalisation » par le bas.

La seconde orientation – la seule efficace sur le moyen terme – réside dans une collaboration des salariéEs et des mouvements sociaux de l’ensemble des pays européens – et aussi internationalement – dans le but de maintenir des acquis, d’égaliser vers le haut par étapes les salaires, la sécurité sociale, les conditions de travail des salariéEs des pays défavorisés vers ceux des pays les mieux lotis. C’est aussi une orientation qui doit déboucher sur des propositions sociales, économiques, écologiques, à l’échelle de l’Europe, cadre de leur faisabilité effective et cadre d’une nouvelle citoyenneté aux dimensions politique, sociale et économique.

Solidarité internationaliste
Certes, au sein des institutions européennes, des nuances opposent les protagonistes du centre-gauche aux partisans du centre-droit. Les disputes autour de la Charte sociale européenne en témoignent. Il n’est pas indifférent de soutenir une proposition contre une autre. Toutefois, l’analyse indique qu’au-delà des nuances, l’unanimité existe sur la politique d’austérité.

Nous ne nous opposons donc pas au traité de Maastricht au nom d’une priorité d’une action politique dans le cadre de l’État national. Au contraire, nous sommes favorables à toutes les initiatives qui facilitent la prise de conscience de la nécessité d’une action commune et solidaire des salariéEs à l’échelle européenne dans les domaines politique, économique, social et écologique. Ceci n’est par ailleurs en rien contradictoire avec des batailles défensives au plan na­tional. Dans cette perspective, une dimension morale et politique décisive réside dans la reconquête par le mouvement ouvrier, par les mouvements sociaux du principe de solidarité fort bien exprimé par la devise du syndicalisme américain : « An injury to one is an injury to all - Porter atteinte à l’un ou à l’autre d’entre nous, c’est porter atteinte à tous et à toutes ».

Ernest Mandel

1. Pour Keynes (1883-1946), une économie de marché ne possède pas de mécanisme qui la conduise de façon automatique vers le plein emploi de ses ressources. Si la demande n’est pas suffisante, les entreprises ne produiront pas assez et n’emploieront pas tous les salariés d’où la nécessité pour le gouvernement de conduire des politiques de soutien à la demande, c’est-à-dire de soutien à la consommation et/ou à l’investissement. Keynes insiste particulièrement sur l’investissement. (NdR)
2. L’« économie de l’offre » est une école de pensée associée aux changements de la politique économique américaine sous la présidence de Ronald Reagan.[…] Selon les tenants de cette conception,  la manière la plus efficace d’obtenir une croissance économique élevée est d’aider les entreprises à produire davantage de biens et services, de les inciter à entrer sur de nouveaux marchés. Il faut donc lever le plus possible les freins à l’initiative privée en privatisant, en diminuant l’impôt pesant sur les entreprises et les revenus élevés, en réduisant les réglementations protégeant les salariés. (NdR)
3. Il y a en principe deux façons de soutenir la demande : en augmentant les dépenses ou en baissant les recettes. Pour ceux que Mandel désigne ici comme des néo-keynésiens, il s’agit de baisser les impôts, notamment sur les entreprises et les revenus élevés. C’est ce qu’ont fait Reagan et, plus récemment Bush, aux USA. Sarkozy aussi. On parle de « néo-keynésianisme », car dans ce cas aussi, il y a augmentation des déficits publics. Ces déficits publics sont un argument pour renforcer l’austérité et comprimer les dépenses, notamment sociales. (NdR)
4. Ce chiffre correspond à la situation à l’époque de l’écriture de l’article. La zone euro comprend aujourd’hui 17 États et l’Union européenne vingt-sept. (NdR)

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.