Essai : À bas la guerre ! À bas le gouvernement ! (Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg)

-A +A
Culture
idées

Dans l’atmosphère pestilentielle qui a envahi le débat politique, la plupart des dirigeants politiques s’accordent sur un point : nous devrions tous nous regrouper, dans une nouvelle « union sacrée », pour défendre les grandes valeurs de la République contre les assauts de l’Étranger – indistinctement sans papiers et terroriste. Ce n’est pas le moindre mérite de ce petit ouvrage de rappeler cette première vérité : « L’ennemi est dans notre propre pays ».

Second mérite : il regroupe les pièces principales du procès de Karl Liebknecht, ce dirigeant de la social-démocratie allemande qui refusa l’union sacrée et défila le 1er Mai 1916 avec ce mot d’ordre : « À bas la guerre ! À bas le gouvernement ! » Abandonné par la plupart de ses anciens camarades, qui refusent de perturber l’effort de guerre allemand, Liebknecht, bien que député du Reichstag, est livré à la justice militaire.

Seuls Rosa Luxemburg et une poignée de militantEs ouvrierEs, regroupés dans la Ligue Spartakus, dénonceront cette parodie de justice et les trahisons de la social-démocratie par voie de tracts. Certains des textes de Liebknecht sont traduits ici pour la première fois en français. Il faut saluer l’excellent travail éditorial de cette petite maison d’édition, qui n’a rien à envier aux mastodontes du secteur !

Outre l’intérêt historique évident, ce livre vient opportunément rappeler l’enjeu que représente la lutte contre le militarisme et son organisation industrielle. Alors que la France est engagée dans des guerres qui ne disent pas leur nom, en Lybie et en Afghanistan, et que l’industrie de l’armement continue de prospérer, les budgets de la « Défense » continuent d’absorber des milliards d’euros, à tel point que le moindre déplacement diplomatique n’est que la façade d’une opération commerciale visant à placer des avions de chasse ou des frégates furtives ! En conclusion, l’éditeur s’interroge : « Karl Liebknecht était-il libertaire ? »
Il développe un point de vue intéressant qui ne saurait laisser le NPA indifférent !

Henri Clément

Éditions de l’épervier, 96 pages, 9,50 euros

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.