Doville (50) : vent de colère dans le bocage

Unis contre un projet de centrale d’enrobage au bitume sur le mont de Doville, en Basse-Normandie, quatre cents habitantEs ont manifesté sur le site dimanche 29 décembre.

Filiale du groupe Bouygues, Colas pensait avoir saisi la bonne aubaine. Pour concurrencer Eurovia en situation de quasi-monopole pour la construction des routes dans le département de la Manche, l’entreprise souhaitait installer une centrale d’enrobage au bitume dans sa carrière du mont de Doville. Quatre cents habitantEs ont dénoncé le projet, en manifestant dans la lande, au sommet du mont. Un exploit au regard des 550 habitants que comptent les deux communes les plus proches, Doville et Saint-Nicolas-de-Pierrepont.
En cause, la trop grande proximité de la carrière avec la réserve naturelle nationale de la Sangsurrière. Sa tourbière abrite une concentration exceptionnelle d’espèces rares ou protégées. En quelques mois, défenseurs de l’environnement, chasseurs et simples habitants ont structuré l’opposition.

Pour le profit de quelques-uns
Une association, Monts et Marais (1), a été lancée pour exprimer les préoccupations des habitantEs. Ses responsables rappellent que les créations d’emplois, moins de deux postes, devraient rester anecdotiques, sans compter les failles du dossier : étude d’impact expéditive, absence d’étude d’incidence Natura 2000, pourtant obligatoire, et black-out sur la composition des fumées rejetées.
Une situation qui rappelle que l’emblématique bataille de Notre-Dame-des-Landes n’est que la partie émergée de l’iceberg des luttes contre les projets inutiles. Leurs similitudes sont à même de favoriser les connexions entre ces luttes qui s’étendent sur tout le territoire (ferme des mille vaches, ZAD contre le grand stade à Lyon, etc.), s’appuyant sur la prise de conscience de la relation entre la destruction de l’environnement et les intérêts minoritaires capitalistes.

Correspondant

1 – www.facebook.com/pages/Monts-et-Marais/1432114480341218

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.