Des vaccins sans aluminium : notre santé vaut plus que leurs profits !

-A +A
Social (autres)
actualité

Depuis le 26 novembre, des malades atteints de myofasciite à macrophages font la grève de la faim devant la Bourse de Paris. Sur la base d'études scientifiques solides, ils accusent l'aluminium vaccinal d'être responsable de leur fatigue chronique, courbatures, douleurs articulaires, troubles neuro-cognitifs…
Le premier scandale, c'est que l'Agence nationale de sécurité du médicament, l'ANSM, vient de couper les crédits à l'équipe Inserm de l'hôpital Henri-­Mondor, à la pointe de la recherche mondiale sur le sujet, et qui a démontré que l'aluminium, neuro-toxique connu, peut rester dans les muscles et migrer vers le cerveau.
Selon l'association des malades E3M qui anime la grève de la faim, les trois rapporteurs de l'ancêtre de l'ANSM, l'AFSP, qui ont bloqué la reconnaissance de la myofasciite à macrophages, sont liés financièrement aux laboratoires de la vaccination. Ainsi, Sanofi, en basculant du Diphtérie Tétanos Polio sans aluminium au Revaxis à l'aluminium, augmentait son prix de vente de 65 %…
L'autre scandale, c'est que, lors de la campagne présidentielle, François ­Hollande et Marisol Touraine s'étaient engagés devant l’association d'entraide aux malades de la myofasciite à macrophages à fournir des vaccins de base sans aluminium et à financer la recherche sur cette pathologie émergente. 
Il existe une alternative sûre avec le phosphate de calcium. Alors il est urgent de sortir de l’ère de l’aluminium vaccinal.
Correspondant

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.