Dans le Val-de-Marne, sur les terres du PCF

C’est un département de la petite couronne parisienne, avec une banlieue ouvrière en voie de « boboïsation », encore largement à gauche, et des communes bourgeoises autour du bois de Vincennes, et rurales ancrées à droite dans le sud du département...

Le 94 est le dernier grand bastion du PCF : 8 500 adhérentEs, la présidence du conseil général (17 éluEs sur 49), 12 mairies (sur 47 communes), 3 conseillers régionaux, 2 sénateurs, mais il a perdu son dernier député en 2012.
Comme d’habitude, PCF et PS partent unis au 1er tour dans la grande majorité des villes, surtout celles qu’ils dirigent : il y a actuellement 3 dissidences socialistes officielles contre des maires PCF... et aucune communiste contre des maires PS. La fédération du PCF a dû exercer de fortes pressions sur certains militants qui ne se « voyaient » pas sur une même liste que le PS. EELV espère, lui, conserver Arcueil. Inutile de préciser que toutes ces listes de gauche critiquent de façon très modérée la politique du gouvernement.
La droite espère gagner quelques villes, en profitant du discrédit du gouvernement et de l’usure de certaines mairies PCF. Le FN vise la présentation de 10 listes (contre 2 en 2008).
Lutte ouvrière (qui a eu 6 élus en 2008, dont 4 sur des listes communes avec le PCF dès le 1er tour) part en solo, de même que le Parti ouvrier indépendant (8 listes en 2008).

Présent dans 3 ou 4 villes
En 2008, la LCR avait présenté 7 listes « 100 % à gauche » (7,8 % à Ivry-sur-Seine, 7,1 % à Choisy-le-Roi, etc.), était présente sur 3 listes unitaires, et avait obtenu 4 élus. En 2014, la situation politique est plus difficile et le NPA se relève doucement de la crise qu’il a traversée.
À Créteil, principale ville du département (90 000 habitants), le PCF se présente avec le député-maire PS. Le NPA a proposé la constitution d’une liste d’opposition de gauche, que LO, le PG et Ensemble ont pris la lourde responsabilité de décliner.
À Ivry-sur-Seine (58 000 habitants), nous montons une liste NPA avec notre conseiller municipal Serge Aberdam, mais la rivalité désormais officielle entre le maire PCF et le PS local polarise les esprits et ne nous facilite pas la tâche.
À Alfortville (45 000 habitants), le PCF sera sur sur la liste du sénateur-maire PS, « bras droit » de Valls, qui a déclaré : « Que les communistes acceptent de soutenir le maire sortant, qui est un proche de Manuel Valls, c’est un symbole ». Le NPA participe avec le PG et la GA à la liste « Osons l’autre gauche » (avec une tête de liste du Parti de gauche).
À Vitry-sur-Seine (86 000 habitants), le maire PCF part avec le PS. Le NPA est partie prenante de la liste « À Gauche Vraiment », avec une partie du PG, dont son conseiller municipal adjoint au maire qui sera tête de liste. La direction nationale du PG leur a interdit d’utiliser le logo et même de revendiquer leur appartenance au PG, puisqu’ils sont sur une liste concurrente à celle du maire PCF. L’autre partie du PG et la GA font donc l’impasse sur ces municipales.
Enfin, à Choisy-le-Roi (41 000 habitants), une liste « À gauche toute » se constitue en opposition à la politique du gouvernement et en rupture avec la majorité municipale PCF-PS, autour d’élus PCF et du NPA. À suivre.

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.