Délinquant présidentiel.

Le nouveau report du procès de Jacques Chirac a donné lieu de la part des médias et de la classe politique à un grand concours d’hypocrisie. À en croire ces bonnes âmes, un tel procès même tardif « abîmerait la fonction présidentielle ».
Et puis, il serait indécent de harceler ainsi un « vieil homme » pour des faits très anciens… C’est oublier un peu vite que si Chirac doit affronter la justice alors qu’il a effectivement un âge avancé, c’est surtout parce qu’il a pu bénéficier d’une véritable impunité pendant près de 20 ans ! Encore ne devrait-il rendre des comptes – on commence à en douter ! – que pour une toute petite partie des méfaits qui furent ceux du « système Chirac » lorsqu’il tenait la mairie de Paris. En ce qui concerne les dossiers les plus lourds – comme le racket des HLM ou celui de la rénovation des lycées parisiens – la justice fort complaisante a épargné l’ancien président. On notera aussi avec intérêt – et dégoût… - que la gauche a toujours apporté sa contribution à la protection de Chirac. C’est Roland Dumas, ancien ministre socialiste, qui, en tant que président du Conseil constitutionnel, a organisé « juridiquement » l’impunité présidentielle. Et c’est Georges Kiejman, lui aussi ancien ministre socialiste, qui assure aujourd’hui sa défense (avec d’autres avocats)…

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.