Déclaration d'Olivier Besancenot. Hommage à Edouard Glissant.

«L'idée du monde n'est vivante que de s'autoriser des imaginaires du monde, où s'annonce que mon lieu inlassablement conjoint à d'autres, et en quoi sans bouger il s'aventure, et comme il m'emporte dans se mouvement immobile.» Edouard Glissant, «D'un traité du tout-monde».

Poète et écrivain majeur, Edouard Glissant est mort, hier 3 février, à Paris, à l'âge de 82 ans.

Avec lui disparaît un homme engagé,un écrivain qui a forgé – parmi de nombreux autres - le concept de mondialité et de créolité, voulant ainsi affirmer le phénomène de métissage comme marqueur de l'évolution du monde.

C'est ainsi qu'aux vieilles identiés nationales ou ethniques il a substitué des identités fondé sur le mélange des langues, des cultures.

Originaire d'un territoire colonisé, la Martinique,il signe en 1960 le Manifeste des 121 pour le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie et fonde en 1961 le «Front antilloguyanais», activités anticolonialistes qui lui valent une assignation à résidence en France, de 1959 à 1965.

En 2009 il est l'un des principaux artisans du "Manifeste des intellectuels antillais" avec Patrick Chamoiseau avec lequel il avait déjà écrit en 2007«Quand les murs tombent. L'identité nationale hors-la-loi ?»dénonçant la mise en place du ministère de l'identité nationale et appelant à résister à l'édification de murs identitaires.

Le NPA tient à rendre hommage à l'homme engagé, au poète et à l'écrivain dont l'oeuvre est en étroite relation avec l'évolution du monde d'aujourd'hui.

Le 4 février 2011.

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.