Communiqué unitaire : décidément nucléaire et démocratie ne font pas bon ménage !

-A +A
Écologie
actualité

Le Vendredi 05 novembre 2010, partout en France des actions ont eu lieu à l’occasion du transport de matières hautement radioactives à destination de Gorleben en Allemagne. Des milliers de manifestants militants, écologistes, adhérents de partis politiques anti-nucléaires et syndicalistes, ont exprimé haut et fort leur refus du nucléaire, leur volonté d’arrêter la production comme les circulations de déchets dont chacun reconnaît l’extrême nocivité.

Au lieu d’entendre les revendications du mouvement anti-nucléaire et de tous ses partenaires, les pouvoirs publics, AREVA et la SNCF ont adopté une position intransigeante associant un déploiement de force impressionnant, un refus manifeste de dialoguer et des pratiques dont nous ne pouvons que regretter le caractère excessif et dangereux.

- 1. Tout au long du trajet, de Valognes au Pont de Kehl, les pouvoirs publics, AREVA et la SNCF se sont opposés aux contrôles citoyens sur le convoi au mépris des libertés publiques, du droit à l’information et de la compétence des groupes d’experts indépendants dans le domaine du nucléaire.

- 2. À Caen, l’intervention des forces de l’ordre a été pour le moins musclée. Le communiqué de presse du GANVA (Groupe d’Actions Non-Violentes Antinucléaires), qui a organisé de manière pacifique et non-violente le blocage du convoi fait état le 6 novembre de 3 blessés graves (deux sévèrement brûlés, l’autre a eu les tendons du poignet sectionnés).

- 3. Enfin, à Longueau la direction de la SNCF a pris la décision de dérouter le convoi pour emprunter un itinéraire qui n’était pas prévu au mépris des règles élémentaires de sûreté nucléaire et de sécurité civile.

Le collectif "STOP-EPR ni à Penly, ni ailleurs" et l’ensemble des organisations qui se sont mobilisés en Haute-Normandie et dans la Somme à l’occasion du passage de ces 123 t. de déchets radioactifs tiennent à manifester leur soutien aux militants qui ont été blessés à Caen comme aux militants allemands dont les actions ont été sévèrement réprimées. Nous revendiquons une réelle transparence au sujet des transports de matières radioactives et plus encore que toute la lumière soit faite sur les actions de la police à Caen.

L’Etat mais aussi AREVA se doivent d’informer l’opinion publique des risques inhérents au nucléaire tant sur le plan environnemental que sanitaire. L’État, AREVA et la SNCF ont le devoir d’entendre des critiques fondées et non de leur opposer le mépris et la violence. Décidément nucléaire et démocratie ne font pas bon ménage !

Le 9 novembre 2010.

Les Alternatifs, CLAN Picard, Collectif « vivre libre », Europe Ecologie, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE 76), Fédération SUD Rail, la Gauche Unitaire, le NPA, le Parti de Gauche, Réseau Sortir du Nucléaire, SDN 27, STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs.