Communiqué du NPA. Voter contre la privatisation de la Poste le 3 octobre.

Le vote citoyen contre la privatisation de la Poste, organisé par un comité national qui rassemble l'ensemble des partis politiques, la quasi totalité des organisations syndicales et beaucoup d'associations concernées, a commencé depuis plusieurs jours et rencontrent un grand succès en terme de participation.

Que ce soit dans les zones rurales, les petits villages ou dans les grandes villes et les quartiers populaires, que ce soit des élus de tous bords politiques ou de simples citoyens, tout le monde voit que l'évolution du statut de La Poste prépare la privatisation, comme ce fut le cas avec France Télécom ou GDF.

Tout le monde voit bien que la privatisation de ce grand service public c'est du lien social qui va disparaître, avec à la clef des augmentations tarifaires pour les usagers et des conditions de travail encore plus dégradées pour les postiers. En Belgique, le directeur de la Poste veut mettre en place des facteurs « low cost », avec un salaire dérisoire.

Le 3 octobre, doit être une grande journée pour cette consultation populaire. Le NPA est entièrement mobilisé pour assurer le succès de cette initiative destinée à établi un front commun entre les postiers et les usagers contre la privatisation.

C'est sans doute, en raison du succès populaire de la consultation, que plusieurs ministres du gouvernement Fillon n'arrêtent pas de répéter qu'elle n'aura pas de valeur juridique. Piètre argument : le vote non au TCE, en 2005, avait une valeur juridique, ça n'a pas empêché le gouvernement français de nier toute valeur au résultat et de faire voter uniquement par le Parlement, cette fois-ci-, la copie conforme qu'est le traité de Lisbonne.

Parce qu'il faut empêcher la privatisation de la Poste, que c'est possible si un grand mouvement populaire se met en marche, Olivier Besancenot et le NPA lancent un appel pour participer massivement à la consultation et voter non.

Le 2 octobre 2009.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.