Communiqué du NPA. Soutien à la grève des postiers.

Le NPA soutient totalement la grève qui a démarré dans les bureaux de poste parisiens, aujourd'hui 21 septembre, et la grève nationale mardi 22 à l'appel de l'intersyndicale nationale.

Depuis 6 mois, les organisations syndicales ont dénombré 140 suppressions de postes, dans les bureaux parisiens, sur les 6 derniers mois, et 7500 postes en moins au niveau national. De plus, plus de 1000 bureaux de plein exercice ont été fermés.

Autrement dit, le service public est miné de l'intérieur par les choix de la direction.

C'est dans ce contexte que survient le changement de statut de La Poste, planifié depuis le dernier conseil de ministres en juillet, impliquant l'ouverture du capital c'est-à-dire la privatisation du service public postal comme auparavant à France Télécom et à EDF-GDF.

Pour les usagers et les personnels, si la privatisation n'est pas stoppée c'est l'augmentation des tarifs postaux, moins de bureaux de poste, plus d'attente aux guichets et une dégradation des conditions de travail des postiers.

C'est pourquoi, l'enjeu du vote citoyen, contre la privatisation, autour du 3 octobre est important pour montrer que le refus de cette privatisation est largement partagé.

Le 22 septembre, Olivier Besancenot sera en grève et participera à la manifestation syndicale qui partira à 14h du siège de la direction de la Poste, 44 boulevard de Vaugirard, en direction du Sénat.

Solidaire de la grève et de la manifestation, le NPA sera présent à la manifestation contre la privatisation.

Le 21 septembre 2009.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.