Communiqué du NPA. Régularisation de Mr Kanda et de tous les sans-papiers.

Arrêté samedi 21 mars à l'hôpital de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), où il était venu voir sa fille de 5 ans, hospitalisée, emmené au centre de rétention du Mesnil-Amelot, puis expulsé quasiment sur le champ, Mr Romano Kanda était de retour en France dimanche 22 mars, la République du Congo n'ayant pas voulu d'un ressortissant angolais.

Très vite, le comité RESF local s'est mobilisé pour alerter la population.

Cet épilogue heureux ne doit pas masquer l'ignominie de la politique ministérielle et de son application par les préfectures concernant les sans-papiers.

Eric Besson, quoiqu'il en dise, se situe dans la droite ligne de Brice Hortefeux et la mobilisation contre les expulsions reste totalement d'actualité. Aucune des procédures réglementaires n'ont été respectées, ce qui n'a choqué ni le ministère de Mr Besson ni la préfecture de Seine-et-Marne. Quant aux considérations humanitaires, elles ne pèsent d'aucun poids en regard de la politique du chiffre qui préside à la politique du ministère de l'immigration de l'identité nationale.

Le cas de Mr Kanda est un exemple parmi d'autres qui monter que la traque des sans-papiers continue, par tous les moyens.

Lundi 23 mars, à 18h30, un rassemblement est appelé devant le commissarait de Lagny et la manifestation se rendra à la gare pour demander la régularisation de Romano Kanda.

Le NPA appelle à participer à cette manifestation pour exiger l'arrêt des expulsions, la régularisation de Romano Kanda et de tous les sans-papiers.

Le 23 mars 2009.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.