Communiqué du NPA. Non aux poursuites judiciaires contre les manifestants à Carhaix.

23 habitants de Carhaix viennent de recevoir une convocation pour se rendre à la gendarmeriele lundi 16 mars, à 9 heures, suite aux manifestations de 2008 qui ont abouti au maintien de l'hôpital de Carhaix.

Parmi ces 23 personnes, quatre d'entre elles sont convoquées, en plus, le même jour, à la Police Judiciaire, pour « une affaire les concernant » : Christian Troadec, maire de Carhaix, un conseiller municipal qui s'est investi dans la défense de l'hôpital, Matthieu Guillemot, responsable du NPA sur la ville et qui a été candidat LCR aux élections, et un responsable associatif.

Quand on se rappelle que, suite aux mobilisations de la population de Carhaix, l'Agence régionale de santé a été obligé de retirer son projet de fermeture de l'hôpital, ces convocations puent le règlement de compte politique.

Par contre, la plainte déposée par le collectif des femmes enceintes, lorsque la maternité a été fermée pendant deux mois est restée sans suite ! Chacun pourra constater qu'il y a, une fois de plus, deux poids, deux mesures.

Le NPA, et Olivier Besancenot, porte-parole, dénoncent cet acharnement judiciaire à l'égard de citoyens et de militants qui se sont mobilisés pour le maintien d'un hôpital de proximité, pour que le droit à la santé soit accessible à tous.

Le NPA assure les personnes poursuivies de toute sa solidarité et suivra avec attention l'évolution de cette affaire. D'ores et déjà, la réaction, à Carhaix, se met en place et un rassemblement est prévu, dimanche 15 mars.

Le 11 mars 2009.

Pour aller plus loin

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.