chroniques d'un voyageur : le piège ouzbèke (t 13) de Daniel Ceppi

35 ans que Ceppi fait de la BD reportage et ses scénarios et son trait sont toujours aussi novateurs. Déclaré pour mort dans un premier temps (Tome 12 – L'engrenage Turkmène), Stéphane Clément est retrouvé dans un piteux état à la frontière située entre une enclave ouzbèke et le territoire kirghize. Il ne doit son salut qu'à une poignée d'exilés russes qui vont tenter de le maintenir vivant, en évitant notamment qu'il soit l'objet d'une tractation politique. 5 000 km séparent notre héros de son amie Cynthia restée à Belfast et se débat avec les services secrets suisses. Une course contre la montre, contre la mort… Comment cela va-t-il se terminer ?
Au travers des fort beaux paysages de l'Asie centrale et plus particulièrement de l'Ouzbékistan, l'auteur nous fait découvrir les affres d'un pays en guerre mais également les coulisses des tractations de la diplomatie pour le sortir du guêpier dans lequel il s'est encore mis.
Stéphane a bien pris un peu de bide et de rides mais il a toujours le chic pour se mettre dans le pétrin et là on monte en gamme. Géopolitiquement fort bien documenté, avec des pages de mise en scène de tortures d'otage insoutenables (notre héros Stéphane), une intrigue bien ficelée, un dessin réaliste rehaussé par de belles couleurs et un épilogue inattendu des plus réussis qui vous fera crier « ouf ! ». Le Piège ouzbèke se révèle être une nouvelle réussite de la BD Suisse.
À découvrir ou à (re)découvrir !
S. Chardon

 

Bande dessinée : Stéphane Clément, chroniques d'un voyageur : le piège ouzbèke (t 13) de Daniel Ceppi
Le Lombard, 56 pages, 14 euros

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.