Amora : une boîte qui licencie pour accroître encore plus ses profits !

Communiqué du NPA 21 :

La fermeture des usines Amora sur Dijon a déjà un écho national du fait de sa portée symbolique. Mais il n'y a évidemment pas que l'image d'une ville qui sera écorchée, il y a aussi et surtout la suppression de 296 emplois à Dijon, mais aussi dans la commune d'Appoigny (dans l'Yonne). Ces licenciements interviennent alors même qu'Amora a engrangé pas moins de 25 millions d'euro de bénéfice l'année dernière ! Une fois de plus, les salariés sont sacrifiés sur l'autel de la concurrence et de la rentabilité.

Depuis plusieurs mois des rumeurs de fermeture circulaient, mais la direction se refusait à tout dialogue avec les salariés. La semaine
dernière, une réunion de 15 minutes dans les locaux de la cantine a paru suffisante aux dirigeants pour annoncer la fermeture des sites et les suppressions d'emplois !

Le comité dijonnais du Nouveau Parti Anticapitaliste est solidaire des salariés d'Amora et dénonce ces licenciements. Thomson à Genlis en 2006, Nestlé l'année dernière, aujourd'hui Amora, les « plans sociaux » et « restructurations » sur le département n'en finissent pas de s'enchaîner. De Sauvadet à Rebsamen, les élus locaux feignent de découvrir la situation et osent même « demander des comptes », après tant de cadeaux fiscaux et d'aides en tout genre accordées sans aucune contrepartie.

Il est plutôt temps de se mobiliser tous ensemble pour exiger l'ouverture des livres de comptes et l'interdiction pure et simple des licenciements. Aujourd'hui, c'est bien une mobilisation interprofessionnelle qui est nécessaire pour défendre l'emploi, public et privé.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.