À Alençon, Philippe candidat...

C'est à Alençon, ville de 29 000 habitants, sinistrée économiquement depuis la fermeture de Moulinex, que Philippe Poutou a tenu son premier meeting de « vrai »candidat, après le dépôt des dernières signatures, le matin même au Conseil constitutionnel.
Après la traditionnelle conférence de presse, Philippe est intervenu en direct dans le journal de France 3 Basse-Normandie. Le soir, 100 personnes étaient présentes, dont plusieurs avaient participé au processus de constitution du NPA, et près d'un tiers de jeunes, lycéens, étudiantEs de l'IUT d'Alençon, étudiantEs sur Caen et jeunes précaires. Cela faisait bien longtemps que l'on avait vu aussi peu de têtes grises et autant de jeunes à une réunion militante!
Christine Coulon, conseillère municipale d'Alençon, représentant l'opposition de gauche à la mairie PS-PC-citoyens dits alternatifs, a ouvert le meeting, rappelant le parcours de combattantEs qu'a constitué pendant de longs mois la recherche des parrainages.
Puis Fred, militant NPA et membre du réseau Sortir du nucléaire a rappelé l'urgente nécessité d'apporter des réponses radicales, anticapitalistes à la crise écologique, conséquence d'un système économique dans une course perpétuelle au profit et à l'accumulation.
Ensuite, Philippe, chaleureusement applaudi, s'est exprimé durant une heure sur la situation sociale et politique, défendant l'idée d'une nécessaire mobilisation unitaire contre les licenciements et les destructions d'emplois de services publics. Il a indiqué que le NPA faisait cette adresse à tous et toutes, syndicalistes, militants du Front de Gauche, de Lutte ouvrière. Maintenant. Et que d'ores et déjà, il fallait préparer l'après-deuxième tour pour construire une opposition à l'austérité de droite ou de gauche. Des questions diverses se sont succédé ensuite, sur la dette, les raisons des faibles mobilisations le 29 février, la nécessité de lutter à l'échelle internationale etc. Discussions qui se sont poursuivies autour d'un pot.

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.