12 avril : construire le 3e tour social

Après moins de 2 ans, le gouvernement Hollande-Ayrault prend une grande claque.

L'abstention atteint 38,62 %. Si l’on additionne les abstentionnistes et les personnes qui ne sont pas ou plus inscrites sur les listes électorales, c’est près de la moitié des électeurs et électrices qui n'ont pas voté. Il faudrait aussi ajouter les résidentEs étrangerEs  qui n'en ont pas le droit malgré une promesse qui date de 1981 !

C'est une rupture radicale et massive  entre un système politique et une population dont la situation ne fait que s’aggraver au quotidien : emploi, logement, égalité des droits, qualité de vie... Elle exprime le dégoût de tous ceux et celles qui n'espèrent plus aucune amélioration de leur situation dans le fait de voter à droite ou à gauche.

 

Le gouvernement est sanctionné...

Ce rejet est encore plus fort chez ceux qui avaient voté pour le Parti socialiste pour dégager la droite et qui constatent qu'il mène une politique de droite.

Au soir du premier tour, c'est cela que  traduisent  les résultats : 6 élus pour la gauche au gouvernement contre 16 pour la  droite et un pour le FN ! Dans la majorité des grandes villes, le PS est en ballottage même là où sa liste était passée au premier tour en 2008, ou bien il arrive en troisième position derrière le Front national, comme à Marseille par exemple.

 

...mais sa politique ne fait que renforcer le Front national.

La progression du FN est spectaculaire : il était présent dans 118 listes en 2008, il l'est dans 597 en 2014. Dès le premier tour,  il est arrivé en tête dans 17 villes et peut déjà se vanter d'avoir gagné 456 élus dans les conseils municipaux dès le premier tour.

Il surfe sur le désespoir social et le rejet  des affaires de corruption, des magouilles et mensonges qui touchent autant le PS que l'UMP, alors qu'il ne vaut pas mieux ! Sa réussite se construit sur les défaites des partis institutionnels et aucun front républicain de ces mêmes partis carbonisés ne lui fera barrage.

 

Maintenant ça suffit !

Le NPA était présent sur 87 listes, dont 54  unitaires,  pour défendre une politique  anticapitaliste, construire une opposition de gauche à ce gouvernement, combattre  le racisme et  l'extrême-droite. Ces combats ne seront gagnés que par nos mobilisations. Pour cela il faut reprendre la rue.

 

Toutes et tous dans le rue le 12 Avril

Le NPA, le Front de Gauche, l'Alternative Libertaire, de nombreuses organisations syndicales,  associations, collectifs pour le droit au logement, les droits des femmes, contre le racisme... de nombreuses personnalités appellent ensemble le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale contre le gouvernement, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses.

Celles et ceux qui sont en colère contre la politique d'austérité et de cadeaux aux patrons menée par le gouvernement, celles et ceux qui refusent de laisser l'extrême-droite en profiter doivent se retrouver partout dans les villes, les quartiers, les entreprises, la jeunesse pour préparer cette manifestation qui ne restera pas sans lendemain.

Version PDF

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.