Un troisième frère de Adama mis en prison. L’acharnement contre la famille Traoré continue

-A +A
Société
actualité

Ce mardi, cela fait dix-sept mois jour pour jour que Adama Traoré a été tué par trois gendarmes, qui l’ont asphyxié en pesant sur lui de tout leur poids et de celui de leurs armes. Cette tactique dite du « plaquage ventral » est la cause de la mort de nombreux autres, mais elle est toujours pratique courante jusqu’aujourd’hui.

Depuis dix-sept mois, la famille Traoré lutte pour la vérité et la justice, un combat exemplaire et qui concerne tout notre camp, une affaire d’État comme l’expliquait une tribune récente à laquelle nos porte-parole se sont joints.

En effet, non seulement les responsables de la mort de Adama ne sont toujours pas mis en examen, mais, au fil des semaines, la famille Traoré a été toujours plus la cible d’un acharnement spectaculaire qui vise à la faire taire. Des affaires sont créées de toutes pièces, qui avaient d’ores et déjà conduit Bagui et Yacouba, deux frères de Adama, en prison, et désormais Youssouf depuis mardi dernier. Quand à Cheikne, un quatrième frère, un procès l’attend en avril.

Cet acharnement est intolérable, et nous voulons redire que nous sommes aux côtés de la famille Traoré, et le serons tout au long de ce bras de fer, pour faire plier l’Etat raciste et autoritaire qui l’a engagé. La mobilisation de ce mardi, à partir de 14h30 devant le tribunal de Pontoise, sera l’occasion de redire cette solidarité.

Montreuil, le 19 décembre 2017

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.