Sale coup de la justice bourgeoisie contre la grève Leroy-Somer

31/12/2014

La direction a attaqué la grève devant le tribunal et le jugement rendu ce matin est un sale coup contre nous.
La juge a ordonné libérer les entrées des sites pour permettre la circulation des camions. Tout blocage en couterait 500 € à celui (ou ceux) qui s'en rendrait coupable, cela à chaque infraction constatée. Par contre, les 9 camarades assignés sont relaxés. Certains voulaient voir là un "succès"... Les grévistes l'avaient eux, très amère !
Ce mauvais coup a marqué les esprits et atteint le moral. Des camarades très investis en ont pleuré de rage. L'AG qui a suivi a discuté des façons de  rebondir en essayant de tracer une perspective pour la rentrée de lundi : intervention possible avec un tract et un appel à continuer le mouvement. Les NAO qui vont commencer le 7 janvier sont l'occasion de se relancer dans la bataille pour les revendications.
Peu après cette AG on a vu débarquer deux huissiers, venus voir si le dégagement des portes se faisait bien. Ils sont repartis au bout d'une heure après avoir constaté que les grévistes avaient entamé, avec les moyens à leur disposition et en prenant toutes les précautions nécessaires à leur sécurité, le dégagement des accès et nous n'avons plus vu personne depuis. Donc, ce mercredi soir, c'est un peu le statut quo : les portails de Rabion Sud et de Rabion Nord sont gardés, mais libres et seul un brasero est en activité devant la fonderie, pour éviter aux grévistes de prendre trop froid. Le réveillon devrait avoir lieu, et se prépare avec les copains présents.
Il reste que ce que les grévistes ont fait est quelque chose "d'extraordinaire",  du "jamais vu" à LS comme disent les camarades et nous avons tout lieu d'en être fier. Le tract de soutien de la CGT Schindler à la grève LS a circulé ce soir sur les piquets  et sur les réseaux.
Une solidarité qui a fait chaud au cœur de tous et un encouragement pour la suite.

1/01/2015

Après le verdict du tribunal obligeant les grévistes à libérer les accès aux camions chargés d’approvisionner les clients, l'ambiance n'est pas à sauter en l'air de joie. Malgré tout, le réveillon de hier au soir s'est bien passé, même si nous étions peu nombreux et si la colère était perceptible parmi les convives. Il y a eu bonne bouffe.  La solidarité joue à plein avec pas mal de dons y compris des petits commerçants au tour de la Zone Industrielle qui donnent des bûches de Noël, des bouteilles, font des prix pour le pain, la viande. Les Unions Locales CGT ont aussi amené des victuailles... Il y a des réserves pour tenir encore plusieurs semaines.

Aujourd’hui, 1er janvier, le piquet se tient à la fonderie, mais les gros braséros sont éteints. Pour la suite, une AG est prévue samedi soir à 18 heures au local des grévistes à la fonderie. Il est probable que demain vendredi des camions viendront prendre le matériel à livrer aux clients. Des vigiles seraient aux portes et la Direction pourrait en profiter pour interdire l’accès.
L'idée des grévistes est de relancer la mobilisation dès lundi matin notamment pour préparer l’ouverture de la Négociation annuelle obligatoire sur les salaires.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.