Pendant la crise pandémique, zéro revenus = zéro loyer !

Le logement est devenu avec l’obligation du confinement le lieu essentiel de résistance au virus. Or il n’y a quasiment rien eu dans les décisions gouvernementales en soutien aux habitantEs confinés des quartiers populaires. Macron a tout de suite annoncé des reports de charges, de loyer pour les entreprises... mais rien en ce qui concerne les habitantEs si ce n’est un report de deux mois de la fin de la trêve hivernale. Un minimum bien insuffisant.

Les revenus de beaucoup de salariéEs sont remis en question, par le chômage technique, par l’arrêt des missions d’intérim, par la garde des enfants souvent faite par les femmes, par la disparition des boulots précaires, alors que les dépenses sont en hausse : plus de cantines scolaires ou de restaurants d’entreprise, des repas à la maison plus nombreux, davantage de charges d’eau et d’électricité, le prix des denrées de première nécessité en hausse...

Il n’est pas acceptable que les salariéEs se voient précarisés dans leur logement alors qu’ils doivent faire face à une pandémie dont ils ne sont pas responsables. Déjà qu’une grande partie du monde du travail paient le prix fort en continuant à travailler, s’exposant au virus, vivant dans des logements modestes...

Le gouvernement doit prendre immédiatement des mesures de soutien aux locataires, ce qui passe par l’exonération des loyers pour la période du confinement applicable à tous les bailleurs publics ou privés. Il doit annuler toutes les poursuites pour dettes et les procédures d’expulsion engagées dans cette période. Il doit prolonger la trêve hivernale jusqu’en mars 2021, prononcer un moratoire sur les crédits immobiliers des propriétaires occupants, et réquisitionner les logements vides pour mettre à l’abri les sans logis ou mal logés.

De plus, ce gouvernement a engagé une réforme de l’APL en 2018 qui a ponctionné les bailleurs sociaux pour renflouer ses caisses, fragilisant le logement social. Aujourd’hui il doit rendre l’argent qui doit servir au soutien des habitantEs face à la pandémie.

Le NPA soutient toutes les mobilisations, les appels, les pétitions qui se multiplient et qui exigent ce plan d’urgence. Il appelle à l’unité de toutes et tous pour imposer ces mesures vitales.

Montreuil le lundi 13 avril 2020

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.