Marchons pour changer le système, pas le climat !

Le 8 septembre, journée mondiale pour le climat, des marches se dérouleront partout dans le  monde. Le NPA appelle à y participer massivement.

La succession de catastrophes dues au dérèglement climatique - canicule, sécheresse, inondations, incendies de forêts -, qui a marqué l'été provoque un choc salutaire.  

Les politiques qui se limitent à des effets d'annonce quand elles n'aggravent pas purement et simplement la situation deviennent insupportables, l’inaction devient criminelle.

Aujourd'hui l'appel à la mobilisation lancé par des dizaines d'associations rencontre un écho jusqu'alors inédit.

Comme le dit justement l'un des nombreux appels : « Hulot démissionne. Pas nous ! »

Hulot ou De Rugy ? La solution ne viendra pas du casting pour occuper le fauteuil ministériel !

L’écologie n’est pas compatible avec les politiques libérales menées par des gouvernements aux ordres des puissants, des grands groupes industriels et bancaires, des lobbys capitalistes en tous genres. Le capitalisme dévaste la planète et ses ressources naturelles, ruine les vies de ses occupant.es.

Les marches du 8 septembre pour le climat sont une nouvelle étape  de la mobilisation. Pour ne pas rester sans lendemain et sans efficacité, elles doivent déboucher sur la construction d'un vaste mouvement pour la justice climatique pour imposer la sortie des énergies fossiles et l'arrêt du nucléaire, le passage à une agriculture écologique et paysanne, des transports publics gratuits...  On ne peut plus tergiverser : ça urge !

Nous avons besoin d’une  politique écosocialiste qui « change tout » : la production, la consommation, la circulation des biens et des services, qui organise une planification démocratique, autogérée, pour à la fois satisfaire les  besoins sociaux et limiter au maximum les effets sur l’environnement. C’est la seule politique capable de réduire les effets mortels du changement climatique et de favoriser la vie sur Terre.

Montreuil, le 6 septembre 2018

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.