Macron dans le 93 : le coupable revient sur les lieux du crime

Aujourd’hui Macron a décidé de venir visiter les établissements de santé du 93 et notamment la Maison de santé pluridisciplinaire de Pantin. Le président a l’indécence de venir faire une opération de communication en Seine-Saint-Denis, l’un des départements les plus touchés par l’épidémie, où la mortalité a explosé ces dernières semaines. Un phénomène évidemment dû à des décennies de sous-investissement et de plans d’austérité dans les banlieues, leurs services publics et particulièrement dans la santé. Cette situation grave est la conséquence logique des politiques néolibérales tant vantées par Macron. Il en est responsable !

Alors que le nombre de morts augmente, Macron et son gouvernement refusent de tester largement la population. Alors que les hôpitaux sont saturés, que les personnels manquent cruellement de matériel (masques, gants, surblouses…) et que les déserts médicaux sont des zones de non-droit sanitaire, Macron et son gouvernement refusent toujours de débloquer des fonds supplémentaires pour l’hôpital public. Alors que le personnel soignant est épuisé, Macron et son gouvernement exploitent la main-d’œuvre des étudiant•e•s infirmier•e•s presque bénévolement (travail rémunéré à 1€/h !!!), plutôt que d’embaucher des personnels au statut.

Tandis qu’il sauve les profits des grandes entreprises et du patronat à coup de milliards d'euros publics, il continue d'envoyer nombre de travailleur·euse·s au boulot malgré le manque de protection. Et comme si cela ne suffisait pas, Macron compte en plus sur le confinement pour pouvoir se balader dans le 93. C’est bien la seule occasion qu’il aura de venir sans rencontrer de manifestation contre lui. Qu’il se le dise : tout le monde déteste (toujours) Macron !

Pendant qu’il compte les milliards qu’il verse pour « sauver » les entreprises les plus riches, nous comptons nos malades et nos morts. Macron n’est pas le bienvenu dans le 93. Nos vies valent plus que leurs profits !

Pantin, le 7 avril 2020

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.