Contre les insultes du maire de Fumel solidarité avec les salariés de Metal-Temple

Les déclarations du député-maire de Fumel Jean-Louis Costes assimilant les ouvriers grévistes de Metal-Temple, la CGT et le NPA à des délinquants alcooliques dévoilent ses intentions : rendre responsables de la casse du Fumélois ceux qui, au contraire, défendent les emplois face aux pillages successifs des entreprises de la zone par des patrons voyous.

Son discours racoleur est idéologique : il rappelle celui de l’extrême-droite et ses méthodes fascisantes visant à diviser la population. Nous ne sommes pas dupes des préoccupations politiques personnelles de cet élu qui crie aujourd'hui contre l'insécurité dans son territoire. La criminalisation des actions des grévistes et les amalgames nauséeux sont de vieilles méthodes indignes. Notre organisation politique, avec la CGT de l’usine,  réfléchit sur les suites a donné à ces allégations. Le NPA réaffirme son soutien à la lutte des travailleurs de Metal-Temple qui comme ceux de Marty, de l'Hôpital, défendent les emplois, les conditions de vie et de travail dans le bassin. Costes ne nous fera pas oublier que, dès mardi, plus de 80 emplois sont supprimés à l'usine, dont une quarantaine concerne les plus jeunes qui sont conviés, dans l'indifférence des pouvoirs publics, et de M. Costes, à pointer tout naturellement au chômage. La lutte continue.

Communiqué du NPA 47, le 7 avril 2015

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.