Contre l’acharnement d’Israël, liberté pour Salah Hamouri !

Le 26 février, le ministre de la Défense israélien Avigdor Lieberman, suivant les demandes du procureur et du Shin Bet (service de sécurité intérieure), a prolongé la détention de Salah Hamouri pour une durée d’au moins quatre mois.

Salah est détenu, depuis le 23 août 2017, sous le régime de la « détention administrative », une procédure qui permet à l’armée de maintenir quiconque en prison, pour des périodes de six mois renouvelables à l’infini, sans chef d’inculpation et sans qu’aucune preuve ne soit produite. Salah est ainsi incarcéré depuis plus de 8 mois sur la base d’un « dossier secret » auquel la défense n’a pas accès, au mépris de toutes les conventions internationales.

En octobre dernier, le quai d’Orsay faisait savoir qu’il « espérait » la libération de Salah. De toute évidence, les « espoirs » ne suffisent pas, et Macron le sait bien, lui qui n’a pas hésité à « exiger » d’Erdogan la libération du journaliste Loup Bureau lorsqu’il était arbitrairement détenu en Turquie. Pour Macron et les siens, il y a des détenus qui comptent plus que d’autres, et des gouvernements vis-à-vis desquels on s’interdit d’avoir des exigences.

Le NPA exige la libération immédiate de Salah Hamouri, qui n'a rien à faire dans les prisons israéliennes, à l'instar des milliers d'autres prisonniers politiques palestiniens. Nous continuerons de nous investir dans la campagne BDS (boycott-désinvestissement-sanctions) : Israël est un État hors-la-loi, qui doit être traité comme tel, et non choyé comme il l’est par les autorités françaises, qui ont déjà invité Netanyahou à deux reprises depuis que Macron a été élu.

Nous assurons de nouveau les proches de Salah de tout notre soutien et de notre solidarité.

Montreuil, le 27 février 2018

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.