Santé

Le 3 avril, les 12 aides-soignantes (soit ¼ du personnel) se déclarent grévistes. Au départ, l’épuisement, voir déjà pour certaines le burn-out : plus question de cautionner les dysfonctionnements ! Maltraitées par la direction, elles ne peuvent envisager de maltraiter les résident(e)s.
Depuis maintenant un an la situation s’est tendue au CHU : les conflits individuels et collectifs se sont multipliés face à la dégradation des conditions de travail des hospitalierEs. 
Une centaine de personnes représentant 28 comités locaux ont participé les 23, 24 et 25 juin derniers à Concarneau aux 27e rencontres de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.
Face aux 41% de FrançaisEs qui s'interrogent sur les vaccins, le gouvernement a décidé d'une mesure qui a pourtant déjà fait la preuve de son inefficacité : porter de trois à onze les vaccins obligatoires pour les enfants.
Une nouvelle fois, le permis de tuer est accordé aux industriels.
Depuis mardi 27 juin l’intégralité des agents titulaires (auxiliaires de puériculture, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, agents de service hospitalier...) est mobilisé.
« Le syndrome d’épuisement professionnel peut avoir des conséquences graves sur la vie des personnes », alerte la Haute Autorité de la santé (HAS), en rendant publique des recommandations pour aider les médecins à mieux le diagnostiquer.
Dans le précédent numéro, nous dénoncions la misérable revalorisation de la prime de nuit (15 centimes de l’heure) accordée par la ministre de la Santé à une minorité d’infirmières, en pensant que c’était sa dernière crasse pour ce quinquennat. Nous nous trompions...
Sur fond de crise globale du système de santé, un plan de démantèlement et réduction de l’hôpital public est mis en application depuis des années par les gouvernements de droite comme de gauche.

Pages

S'abonner à Santé