Nous vivons ensemble pour la plupart d'entre nous depuis longtemps, plus de 20, 30 voire 40 ans dans deux immeubles que la municipalité de Montbéliard et Habitat 25, organisme-logeur social du département du Doubs, ex-OPHLM du Doubs, ont décidé de démolir dans le cadre d'un projet de...

Logement

La baisse de 5 euros des APL n’aura donc pas suffi.

Nous vivons ensemble pour la plupart d'entre nous depuis longtemps, plus de 20, 30 voire 40 ans dans deux immeubles que la municipalité de Montbéliard et Habitat 25, organisme-logeur social du département du Doubs, ex-OPHLM du Doubs, ont décidé de démolir dans le cadre d'un projet de rénovation u
À la rue, faute de place dans un hébergement d’urgence : c’est ce que subissent des centaines de personnes en France, souvent des étrangerEs demandeurEs d’asile. À Saint-Denis, Caen et Clermont-Ferrand, la lutte s’organise.
Trouver facilement un logement, ne pas le payer plus que 20 % de ses revenus, proche d’un lieu de travail ou d’études, de bonne qualité pour ne pas payer trop de chauffage… le projet de loi ALUR défendu par Cécile Duflot ne permettra rien de cela.
L’Anef (Association nationale pour l’enfance et les familles), association chargée de gérer le 115, le numéro d’urgence à destination des personnes sans domicile et en grande difficulté sociale, s’est vue dans l’obligation de cesser le paiement de nuits d’hôtel qui permettaient d’assurer le l
Près de 350 personnes, dont 150 enfants se sont retrouvées à la rue le 02 septembre 2013 à Clermont-Ferrand. Il s'agit de demandeurs d'asile, de sans-abri dont l'hébergement était géré par l'ANEF.
Les expulséEs de Saint-Denis viennent de faire l’expérience du discours cynique de l’État. Ils sont à la rue depuis le début juin et campent depuis cette date sur le parvis de l’hôtel de ville, dans des conditions difficiles.
Une étude de l’Insee (1) vient de révéler que le nombre de sans-domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et début 2012, pour atteindre le chiffre de 141 500 personnes . Parmi eux, 30 000 enfants et 25 % d’adultes qui avaient un travail !
Le 7 juin la ville et la préfecture ont fait évacuer un immeuble très insalubre, le 50 Gabriel-Péri, situé en face de celui qui avait connu un incendie meurtrier en septembre dernier. Quelques jours plus tard, c’est au tour du 103 Gabriel-Péri.
« Duflot s’en va-t-en guerre, prête à dompter le marché du logement, elle durcit le ton… ». La révolution ? Non, juste les premières annonces de la loi qui va « recadrer » les agents immobiliers et les syndics…

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Logement