À la tête d’une coalition militaire sunnite, le nouveau roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, s’est lancé dans une opération militaire à haut risque au Yémen...Àl’heure où les USA et l’Iran semblent parvenir à un accord sur le nucléaire, il veut ainsi réaffirmer le rôle clef de son...

International

Le 3 décembre 1969, Euvremont Gène, secrétaire général du PC guadeloupéen, et Dolor Banidol, membre du bureau politique du PC martiniquais, après avoir assisté à une conférence internationale du PC chilien, prennent un vol Air France.

Face à l'escalade de la répression de ces derniers jours, les forces du “Pacte de alternative démocratique”, notamment les partis politiques FFS, RCD, PT, PST, MDS, UCP et PLD, ont rendu public hier soir la déclaration suivante.
À son septième mois de mobilisation, le mouvement de protestation populaire algérien, se place désormais dans la longue durée et dans un débat et questionnement plus conceptuel qu’événementiel.
Le 24 septembre dernier, les onze magistrats de la cour suprême du Royaume-Uni, à l’unanimité, jugeaient « illégale, nulle et sans effet » la suspension (« prorogation ») du Parlement décidée au début du mois par le Premier ministre britannique, Boris Johnson.
Dans ce 33e vendredi, la mobilisation se maintient dans tous les départements. On retrouve la même détermination par rapport au rejet de la présidentielle prévue le 12 décembre. La population est déterminée partout, même si la mobilisation est inégale selon les régions.
Le NPA proteste contre l’interpellation à Bejaïa, mardi 1er octobre, de la députée Mathilde Panot et de ses accompagnateurs, stoppés à deux reprises lors de longs contrôles, transportés de force puis empêchés de sortir de leur hôtel à Alger. 
Le groupe Thomas Cook s’est déclaré en faillite le 23 septembre. Le célèbre voyagiste britannique créé en 1841, qui compte 21 000 salariéEs dans le monde, n’était donc pas « too old to fail » (trop vieux pour mourir).
Le gouvernement grec, en place depuis juillet, a certes opéré deux ou trois reculs par rapport à ses promesses électorales, et cela a quelques conséquences : impatience de l’aile d’extrême droite, grogne et menaces du courant du nationaliste Samaras, ex-Premier ministre (2012-2015).
Le pouvoir algérien poursuit sa fuite en avant, avec la répression et la mise en place d’une loi de finance et sur les hydrocarbures, des garanties données à l’impérialisme. Face à cela, la mobilisation continue.
Vendredi 27 septembre, tout le monde a retenu son souffle. Est-ce que, pour la deuxième fois, les ÉgyptienEs oseraient braver le régime ? 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à International