À la tête d’une coalition militaire sunnite, le nouveau roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, s’est lancé dans une opération militaire à haut risque au Yémen...Àl’heure où les USA et l’Iran semblent parvenir à un accord sur le nucléaire, il veut ainsi réaffirmer le rôle clef de son...

International

Les élections du 29 septembre 2019 ont désigné deux nets vainqueurs. D’une part le Parti conservateur (ÖVP : Parti populaire autrichien) avec 37,5 % des voix et d’autre part le Parti vert (Grüne Partei) avec 14 % (+ 10,1 %).

La situation politique italienne est marquée par un mouvement nouveau et particulier, celui des « sardines », qui a vu descendre dans la rue, au total, plusieurs centaines de milliers de personnes, dont beaucoup de jeunes, et qui a culminé lors de la grande manifestation de Rome du
Comme au Liban, au Chili ou en Équateur, la récente révolte en Iran avait débuté suite à l’annonce d’augmentations de prix.
Les élections législatives indiennes d’avril et mai derniers s’étaient soldées par la victoire de Narendra Modi, leader de l’extrême droite hindouiste, avec une confortable majorité de 303 sièges sur 543 pour son parti, le BJP (Bharatiya Janata Party).
L’élection britannique du 12 décembre était, comme les politiciens et commentateurs de tous les camps s’accordaient à le dire, la plus importante depuis des décennies. 
Le 12 décembre, le pouvoir en place, le pouvoir de fait, incarné par l’état-major, a donc organisé une élection. Il a mobilisé toutes les forces dont il dispose en termes de forces de sécurité et de réseaux d’allégeance pour imposer un passage en force.
L’élection générale du 12 décembre en Grande-Bretagne sera la plus importante depuis 40 ans. En 1979, Margaret Thatcher devenait Première ministre, introduisant des politiques néolibérales avec une vague de privatisations et le démantèlement de l’État-­providence.
Malgré l’annonce, le 29 novembre, de la démission du Premier ministre irakien Adel Abdel-Mahdi, la mobilisation populaire continue en Irak, avec de nouvelles manifestations de masse, la poursuite des occupations de lieux publics, notamment la place Tahrir à Bagdad, et des mouvement
Extrait d’un article publié dans l’hebdomadaire Brecha, en date du 6 décembre 2019. 
Deux ans d’enquête, des dizaines d’auditions de témoins, des milliers de pages de dossier, trois affaires distinctes : le couperet est finalement tombé, le 21 novembre, avec l’annonce de la mise en examen de Benyamin Netanyahou pour « abus de confiance », « corruption » et « fraude ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à International