Féminisme

En juillet 2019, deux professeurs d’arts plastiques de l’université du Mirail ont été exclus de tout établissement d’enseignement supérieur pour cause de « harcèlement sexuel et moral ». Mais le procureur qui s’était saisi de l’affaire vient de la classer sans suite.

Le 7 juillet a été décompté un 75e féminicide depuis le 1er janvier 2019 : une femme a été assassinée dans les Yvelines. Alors que de nombreuses associations féministes se mobilisent contre les féminicides depuis plusieurs mois.
Le 14 juin, la grève des femmes en Suisse a été un grand succès, mobilisant des dizaines de milliers de femmes dans certains services et entreprises et surtout dans la rue (voir
Sur un malentendu, on a failli obtenir l’allongement de 12 à 14 semaines du délai pour une IVG.
La construction de la grève féministe et des femmes en Suisse, qui a mobilisé plus d’un demi-million de personnes le vendredi 14 juin, a duré toute une année et a demandé beaucoup d’efforts.
Depuis plusieurs années, les femmes sont partout dans le monde en première ligne des mobilisations : de l’Argentine à l’Inde, de la Pologne aux États-Unis, de l’Afrique du Sud aux femmes Gilets jaunes en France, elles représentent une force considérable dans la lutte pour les intérêts des plus op
Le 7 mai, l’Union des étudiantEs de Toulouse (UET) annonçait, par un communiqué de presse, la suspension de deux professeurs de l’université Toulouse le Mirail pour des faits de harcèlement sexuel et moral contre des étudiantes.
Jeudi 11 avril, la commission féministe du NPA organisait, avec la librairie La Brèche, une rencontre avec Tithi Bhattacharya, militante étatsunienne, organisatrice de la grève internationale des femmes et co-autrice du Manifeste Féminisme pour les 99 %.
Retour sur la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, avec une mobilisation internationale qui s’amplifie. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Féminisme