Féminisme

La crise sanitaire qui nous touche met en avant de manière saillante les inégalités qui traversent la société. Quand les cadres peuvent télé-travailler, les plus précaires continuent à aller au travail, à s’exposer au virus, mais aussi aux contrôles et à la répression.

Derrière la figure romantique de l’actrice adulée et respectée se cache une tout autre réalité...
Les femmes sont les premières victimes de la crise et des politiques d’austérité. Ce sont les femmes qui sont le plus touchées par le chômage, la précarité et le temps partiel imposé.
Les politiques d’austérité, que le gouvernement Hollande - Ayrault poursuit et amplifie après les gouvernements de droite, ont des conséquences très concrètes sur la vie des femmes.Les femmes subissent directement la détérioration des services publics : en à peine dix ans, c’est 144 mate
Toutes et tous dans la rue le 8 mars pour la journée mondiale pour les droits des femmes. Les politiques d’austérité menées aussi bien par la droite que par le gouvernement de gauche actuel ont des conséquences très concrètes sur la vie des femmes : 
Sous l'ère Hollande, l’égalité professionnelle entre femmes et hommes devait être une priorité. Mais contrairement à ce qui avait été annoncé, l’égalité professionnelle a été aux abonnés absents lors des négociations de l’accord compétitivité-emploi.

En Tunisie, une jeune femme victime de viol de la part de deux policiers s’est retrouvée dans le box des accusés. Ses violeurs l’ont accusée…d’atteinte à la pudeur !
Les 24 et 25 novembre, des manifestations contre les violences faites aux femmes se sont déroulées dans de nombreuses villes de France. Des violences qui ne diminuent pas, et semblent même s’aggraver au vu des dernières statistiques.
Entretien avec Badia, Djamila et Nadia, du « Collectif femmes immigrées victimes de violences 66 ».Vous pouvez vous présenter ?

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Féminisme