Izquierda anticapitalista *, Le 19 décembre 20131. Notre corps, notre décisionNous devons à nouveau expliquer où se situe réellement le débat. L’Église et les secteurs les plus réactionnaires se dressent à nouveau contre celles d’entre nous qui exerçons notre liberté et pour nous...

Féminisme

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Poussé par la libération de la parole des femmes ces dernières semaines et par le début d’une mobilisation sur les questions de violences sexistes, Emmanuel Macron a choisi le 25 novembre pour faire ses annonces et lancer sa grande « cause nationale ». 

Quelques chiffres permettent de mesurer l’ampleur des violences et la faiblesse des condamnations liées : 84 000 femmes subissent chaque année des violences sexuelles en France. 90% connaissent l’agresseur et seulement 10% portent plainte.
Le 25 novembre, c’est la journée internationale contre les violences faites aux femmes.
Le patriarcat est un système global d’oppression des femmes, qui s’articule au capitalisme.
En septembre dernier, le viol d’une mineure de 11 ans par un adulte de 28 ans était qualifié de simple atteinte sexuelle par le tribunal de Pontoise. Le motif est que les faits avaient eu lieu « sans violence ni contrainte ni surprise ».
5 % des viols (10 par jour) et 25 % des agressions sexuelles se produisent sur les lieux de travail. 1 femme sur 5 aurait été victime de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle.
Ce dimanche 19 novembre avait lieu la deuxième assemblée de MeToo Paris avec la volonté claire de ne pas en rester là et d’inscrire un mouvement contre les violences sexistes dans la durée…
Face à la vague de témoignages de viol et d’agression, le gouvernement répond par des campagnes publicitaires et un projet de loi contre le harcèlement de rue, qui est un écran de fumée et un prétexte pour accroître la présence des forces de police 
Les violences sexistes se retrouvent dans toutes les sphères de la société et dans l’ensemble des classes et groupes sociaux.
L’affaire aurait pu être relativement simple. Il aurait pu s’agir d’un nom à ajouter à la longue liste des hommes agresseurs, violeurs. À la longue liste des hommes qui détiennent un pouvoir (politique, médiatique, de classe…) et qui sont tour à tour en train de tomber.

Pages

S'abonner à Féminisme