Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Je suis parent délégué dans une école maternelle d’un village de 6000 habitants, dans le cœur d’Hérault, près de Montpellier. Notre liste est sans étiquette. En tant qu’élus, nous assistons aux conseils d’écoles.

Les épreuves de contrôle continue du bac Blanquer ont été perturbées dans plus d’un lycée sur trois. La profonde mobilisation lycéenne qui secoue le pays résonne dans un climat social déjà bouillant depuis le début de la grève et ouvre un axe de contestation supplémentaire.
La coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis, aux côtés d’autres secteurs en lutte, a rassemblé plus de 750 étudiant·es, enseignant·es et/ou chercheur·es appartenant à 82 disciplines, ingénieur·es, membres des personnels administratif
Ce n’est même plus une provocation, c’est une gifle en plein visage.
Pour la troisième journée consécutive, des épreuves du « bac Blanquer » ont été annulées dans l’agglomération grenobloise. Après les lycées Bergès et Eaux-Claires, c’est à Meylan que les enseignant.es grévistes et les élèves déterminé.es ont réussi à faire annuler les épreuves.
Si bien des personnels des universités, enseignants-chercheurs, ingénieurs de recherche et BIATSS sont mobilisés comme l'ensemble des travailleurs depuis le 5 décembre contre le projet de casse des retraites du gouvernement, depuis la rentrée, la colère s'intensifie dans les facs et les labos.
Samedi 18 janvier s’est tenue une Assemblée générale de coordination nationale des facs et des labos en lutte qui a réuni plus de 200 personnes, venues d’une trentaine de sites universitaires de toute la France.
Après la pause forcée, au moins en ce qui concerne la grève, pendant les deux semaines de vacances, la reprise du mouvement dans l’Éducation nationale était un pari difficile. Avec un gros enjeu : secteur clé, il était scruté par tout le monde.
Mardi 7 janvier, le syndicat Sud-Éducation révélait des échanges mails, datés de 2018, démontrant sans ambiguïté qu’une « liste noire » des personnels grévistes avait été établie au sein de l’université Jean-Jaurès (Mirail) à Toulouse. 
Depuis le 5 décembre, étudiant.e.s, personnels administratifs, enseignant.e.s, chercheuses et chercheurs sont en grève et dans la rue contre le projet de contre-réforme des retraites.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Education