Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Profitant de l’impossibilité d’une mobilisation des personnels depuis mars, Blanquer et Vidal prennent leur revanche. Leur projet se décline en trois axes. D’abord, la diminution du nombre d’enseignantEs. Ensuite légaliser une école à plusieurs vitesses.

La mobilisation ne faiblit pas sur la question de la suppression de postes dans l’Éducation nationale dans le Doubs (lire Tout est à nous ! de la semaine dernière).
Dans le Doubs, la mobilisation pour l’école se poursuit, par l’occupation de l’inspection d’académie. Lundi 4 avril, la FSU du premier degré appelait à un jour de grève à l’occasion d’une réunion paritaire à l’inspection académique.
Les femmes, ça fait des enfants, c’est même à ça qu’on les reconnaît... C’est en substance le discours auquel a eu droit une enseignante de Limoges, selon un article de Libération du 26 mars.
Lorsqu’on observe l’ensemble des réformes et changements à l’œuvre dans l’Éducation nationale, on a l’impression d’un rouleau compresseur, désordonné, attaquant sur tous les fronts, dont le maître mot est la réduction des « coûts ».
Le Centre national d’enseignement à distance (Cned) – 81e université française – lutte actuellement pour sa survie en tant qu’organisme public d’enseignement à distance.
A l’occasion de la fête célébrant la naissance du Prophète, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a gracié six militants de la lutte contre l’esclavage, pratique restée courante dans le pays, malgré sa criminalisation par les lois de 1981 et 2007 dont les textes n’ont pas été suivis d
Deux rapports sur les rythmes scolaires, remis il y a quelques mois, mettent en danger les statuts des enseignants et la qualité de l’enseignement.
ContreTemps: On est au lendemain, ou dans les derniers prolongements d'un grand mouvement dans l'enseignement supérieur et la recherche... Où en est l'université après plus de quatre mois de grèves et de mobilisations ?
Après l’adoption durant l’été 2007 de la loi LRU, dite d’autonomie des universités, nombre d’universitaires, choisissant d’ignorer le caractère orwellien de la rhétorique sarkozyste, ont complaisamment confondu le mot et la chose : en Sarkozie, l’autonomie, c’est l’hétéronomie; et la loi Pécresse

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Education