Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

De réformes en réformes, de plan d’économie en restrictions budgétaires, l’enseignement supérieur et la recherche en France s’installent toujours un peu plus dans la précarité systémique des personnels et le manque de moyens.

Personnels de l'éducation et postiers seront en grève le 24 novembre et feront cortège commun pendant une partie des manifestations prévues.
Alors que la contestation monte dans les lycées contre les politiques du Gouvernement en matière d'éducation, François Fillon, Valérie Pécresse et Luc Chatel se sont rendus jeudi 19 novembre au lycée Roosevelt de Reims.
Alors que 191 pays ont signé une convention pour les droits des enfants, ceux-ci restent largement symboliques.
Les articles que nous présentons dans cette double page illustrent les diverses attaques contre le service public d’éducation que le gouvernement est en train de mener.
L’enjeu du 24 novembre où sont prévues deux grèves parallèles, à la Poste et dans l’Education, sera d’encourager, au-delà du refus de la casse des services publics, un mécontentement largement partagé et de faire entendre le besoin d’un mouvement d’ensemble.
Où en est le mouvement des désobéisseurs ?
L'année scolaire 2008/2009 a été marquée par de nombreuses « réformes » de l’Éducation nationale : pertes sans précédent de postes, de fonctions, d’heures de cours… La destruction du service public est en marche et au pas de gymnastique.

Quel est le lien entre la droite décomplexée, apparue dès le début de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, et l’Éducation nationale aujourd’hui ? La cagnotte pour lutter contre l’absentéisme.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Education