Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Le retour en classe à l’issue du confinement ne s’est pas fait sans difficultés au sein des établissement, loin s’en faut.

Alors que nous sommes dans la troisième semaine de la réouverture des écoles et des collèges, le matraquage médiatique bat son plein pour affirmer, à l’unisson du ministre, que tout se passerait très bien, qu’élèves et enseignantEs seraient même ravis de se retrouver.
Je suis parent délégué dans une école maternelle d’un village de 6000 habitants, dans le cœur d’Hérault, près de Montpellier. Notre liste est sans étiquette. En tant qu’élus, nous assistons aux conseils d’écoles.
Le retour des élèves de 6e et 5e dans les collèges dans les régions dites « vertes » a donc commencé lundi 18 mai. Et on est loin du « retour à l’école des décrocheurs » : c’est même tout le contraire !
Entretien avec Laurence De Cock, enseignante et historienne.
Lundi 18 mai, les collégienNEs des classes de sixième et cinquième situées en « zone verte » reprennent le chemin de l’école. Cette reprise se fera sous l’égide d’un « protocole » intenable avec le nombre de plus en plus restreint de personnels en charge de l’entretien des établissements.
Une tribune, publiée sur le Café Pédagogique1
La capacité des écoles à appliquer le protocole de mesures sanitaires pose beaucoup de questions et monopolise toutes les attentions.
Madame, Monsieur,
Qu’importe la méthode, qu’importent les conséquences, le gouvernement relance la machine à profits. Voilà l’objectif principal de la réouverture à marche forcée des écoles.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Education