Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

On aurait aimé qu’après – notamment – la tragédie du Bataclan, la détestable métaphore selon laquelle les grévistes prendraient les usagerEs « en otage » soit définitivement reléguée aux oubliettes.

L’AG éducation toulousaine de vendredi 24 mai a réuni 110 grévistes qui ont voté la reconduction de la grève dans le but de construire une journée massive de grève le 6 juin.
En octobre 2017, la Ville de Marseille avait décidé de mettre en place un Partenariat Public-Privé (PPP) dans le cadre du chantier de rénovation de 34 des 350 groupes scolaires de la ville, pour un montant de 40 millions € par an pendant 25 ans… au profit de qui ? du privé !
Les AESH (AccompagnantEs d'élèves en situation de handicap (ex-AVS)) sont en lutte. Notre rôle au sein de l’Éducation nationale est d'aider des élèves handicapés à suivre dans les meilleures conditions possibles leurs études.
Le ministre empile depuis 18 mois les réformes qui détruisent méthodiquement les principes d’une école égalitaire. En effet, le bac, qui devient local, n’aura plus la même valeur suivant les lycées, et ne garantira plus l’accès à l’université qui devient sélective.
Les mobilisations dans l’éducation se poursuivent avec de grandes diversités de rythmes et d’intensité, ancrant de plus en plus profondément dans les consciences la compréhension de l’enjeu de s’opposer à l’ensemble des lois Blanquer.
Pour la deuxième année, la plateforme Parcoursup, machine à sélectionner contre laquelle les lycéenEs s’étaient mobilisés par dizaines de milliers, est entrée en action. 
Le 9 mai à Nice, l‘ensemble syndicats de fonctionnaires et d’étudiantEs appelaient à une manifestation pour défendre le service public. 
Depuis deux mois des mobilisations importantes se développent dans l’éducation nationale. Initiées en réaction à la loi Blanquer, elles se poursuivent également autour du rejet du projet de loi Dussopt, avatar de la loi travail pour la fonction publique.
Lorsque les enseignantEs ont lâché les classes il y a maintenant quatre semaines pour les premierEs, il y a eu comme un pacte tacite : celles et ceux qui restent continuent le boulot, et on prend le relais en rentrant de vacances. Et c’est exactement ce qui est en train de se faire.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Education