Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Entretien. Deux mois après l’attaque fasciste à Montpellier, le mouvement étudiant est à nouveau dans une phase de recul. Nous revenons sur ces deux derniers mois avec Arthur, militant à Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de la direction du NPA Jeunes.

Quelques semaines après la fin du dépôt des vœux dans le mécanisme de ParcourSup, nouveau dispositif d’inscription dans l’enseignement supérieur entretien avec une professeure en sciences économiques et sociales et professeure principale de terminale dans un lycée en Seine-Saint-De
Alors que le Mirail a été évacué la semaine passée, la mobilisation continue à Toulouse, autour du comité de mobilisation étudiant ainsi qu’autour des personnels administratifs grévistes.
L’interfédérale de l’éducation a publié jeudi dernier un appel à la mobilisation. Ce texte, sans appeler explicitement à la grève, met en avant la date du 16 mai. Cela peut être utile pour fédérer, avant le 22 mai, les colères dans l’éducation.
Alors que depuis deux mois les étudiantEs se mobilisent contre la sélection à l’entrée de l’université, et que des dizaines de milliers d’étudiantEs se sont rassemblés dans les assemblées générales partout en France, le gouvernement réprime touTEs les étudiantEs mobilisés.
Depuis plusieurs semaines, le mouvement de contestation du « plan étudiants » instaurant la sélection à l’université s’est élargi et ancré : sites universitaires occupés, assemblées générales regroupant des centaines, voire des milliers d’étudiantEs, mobilisations contre la répress
En 1986, face à une immense mobilisation de la jeunesse scolarisée, Alain Devaquet, ministre de l’enseignement supérieur de Chirac, dut remballer son projet de loi et démissionner.
Le NPA dénonce avec force l'attaque inadmissible de la police contre les étudiants grévistes de Nanterre.
Le gouvernement Macron a fait le même choix que ses prédécesseurs pour l’école : une politique d’austérité budgétaire, aux conséquences catastrophiques.  
Mardi 13h à l’appel de l’association étudiante Rage Up ( 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Education