commerce

Le 10 septembre dernier, l’enseigne anglaise New Look annonçait, en marge d’un Comité d’entreprise, vouloir fermer 21 de ses 29 magasins français d’ici 2021, ce qui entrainerait le licenciement des deux tiers des 400 salariéEs.

Dans la nouvelle manche du combat qui oppose depuis plusieurs mois les David des quartiers nord de Marseille au Goliath de la restauration rapide, c’est la multinationale qui vient de mordre la poussière. 
Les livreurEs en colère de différentes plateformes (UberEat, Deliveroo, Foodora) avaient appelé à une semaine de mobilisation du 8 au 15 juillet, dernière semaine de la Coupe du monde.
La mobilisation a été très forte contre les 5200 suppressions de poste dans le groupe Carrefour décidées par le nouveau PDG Bompard. Il veut se tourner vers le e-commerce et le drive, en l'appliquant notamment à l'alimentaire et l'électroménager, l'audiovisuel...
Samedi 31 mars, une majorité de magasins Carrefour était en grève à l’appel de plusieurs syndicats. Plusieurs dizaines de magasins ont été bloqués, ce qui a suscité un intérêt médiatique important.
Comme cela arrive le plus souvent, c’est par une hausse du cours de l’action de plus de 4 % que la Bourse a immédiatement apporté son soutien à la restructuration de Carrefour (350 000 salariéEs dans 35 pays dont 115 000 en France), annoncée dans la presse le 22 janvier.
Il y a des grèves, comme ça, qui forcent l’admiration tant il faut de courage, tant il y a de dignité. C’est le cas de celle menée par 12 salariéEs de l’hôtel Holliday Inn à Clichy… depuis 95 jours !
Le 12 janvier dernier, un rassemblement original était organisé par le comité de soutien aux salariéEs de la restauration rapide devant le McDonald’s des Champs-Élysées, le premier de l’année 2018 après celui du 1er décembre 2017, destiné lui à marquer le jour du passage en franchi
Lentement mais sûrement, des syndicats revendicatifs ont réussi à s’implanter à Mc Do et à se pencher sur les pratiques d’optimisation fiscale du géant mondial de la restauration rapide  (voir l’Anticapitaliste n°377).
EuropaCity, le monstrueux centre commercial prévu au nord de Paris, aurait-il du plomb dans les caisses enregistreuses ? Critiques et inquiétudes se multiplient, au-delà des ennemis du bétonnage…

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à commerce