Chine

Décembre 1984. Déclaration sino-britannique de rétrocession de Hong Kong à la Chine, assortie notamment de la promesse du maintien pendant 50 ans des libertés d’expression et d’organisation.

Jean-Luc Cornette & Michel Constant, Futuropolis, 2013, 76 pages, 16 euros.
Le procès retentissant de Bo Xilai, ancien chef du Parti communiste chinois de Chongqing – important centre urbain dans le sud-ouest de la Chine – s’est terminé fin août.
Membres du comité de rédaction du site China Labour Net, Au Loong-Yu et Bai Ruixue sont engagés de longue date dans la solidarité avec les luttes ouvrières en Chine continentale comme à Hongkong.
Entre l’époque maoïste et aujourd’hui, la structure du prolétariat chinois (composition, statut social, niveau de vie, conscience…) a été profondément modifiée. On est même en présence d’une classe ouvrière totalement différente. 
En très peu de temps, l’impressionnant développement économique chinois a transformé le pays et entraîné des changements significatifs à l’échelle mondiale. Jusqu’à quand se maintiendra-t-il, alors que les contradictions internes et externes s’accumulent ?
Au début du XVIIIe siècle, la Chine représentait près de 25 % de l’ensemble des richesses produites dans le monde. Le chiffre est proche de 10 % aujourd’hui, il était de 3 ou 4 % en 19501.
Un spectre hante depuis longtemps l’occident : « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera. » Elle s’est « réveillée ».
Le 3 juin dernier, un incendie s’est déclaré à 6 heures du matin dans un abattoir de volaille à Dehui (province de Jilin) où quelque 300 personnes travaillaient. Il aurait été causé par de l'ammoniaque liquide ou gazeux utilisé pour la réfrigération.
Par Yann Cézard

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Chine