Hebdo Tout est à nous ! 80 (02/12/10)

Avec l’exposition Jacques Hérold et le surréalisme (jusqu’au 11 janvier 2011), le musée Cantini célèbre à la fois le centenaire d’un grand artiste encore insuffisamment reconnu et le soixante-dixième anniversaire d’une page mémorable de l’histoire de Marseille.
Petite mise en situation... Vous sortez de chez vous après une heureuse grasse matinée, il fait enfin beau. Dans le hall de l’immeuble, vous croisez la voisine sympa du 4e qui vous demande, souriante, comment vous allez.
L’appel à un référendum lancé par Politis recueille de nombreuses signatures.
Pendant des années, dirigeants et médias ont rabâché leurs boniments : la « main invisible » du marché et le jeu « gagnant-gagnant » de la concurrence allaient bientôt résoudre tous les problèmes dans le « village global » de la mondialisation capitaliste.
À Cancun au Mexique, la Conférence des parties n°16 de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) se déroule du 29 novembre au 10 décembre.
Un travailleur malien sans papiers de Colombes (Hauts-de-Seine) est mort à la suite de deux décharges de Taser tirées par la police. Celle-ci indique, non sans cynisme, qu’il aurait « pété les plombs » au moment de son interpellation.
Les révélations de Wikileaks posent deux questions. Toute vérité est-elle bonne à dire et quels sont les buts poursuivis par ceux qui la disent. Pourquoi donc un État démocratique aurait-il des secrets à cacher à ses citoyens ?
N’entrons pas dans la polémique consistant à déterminer si la fusillade de la Rose se trouve dans la catégorie du grand banditisme ou dans celle de la crise sociale des quartiers populaires (QP). Le lieu et le mode opératoire de ce drame, le classe de fait dans les deux !
Depuis le 24 octobre 1984, Georges Abdallah est détenu par l’État français.

Pages

S'abonner à Hebdo Tout est à nous ! 80 (02/12/10)