Yemen

Depuis 2015, Mohamed Ben Salman, MBS, « l’homme fort » de l’Arabie saoudite, mène une sale guerre au Yémen. 

L’ancien dictateur yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué le 4 décembre, lors de combats à Sanaa, par ses anciens alliés houthis : une nouvelle étape du conflit sanglant qui déchire le Yémen.
C’est une guerre largement oubliée ici mais qui sévit depuis plusieurs années. Mais les humanitaires y pensent, par la force des choses...
Au Yémen, dans le sud de la capitale Sanaa, un raid aérien de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a fait 140 mortEs et plus de 500 blesséEs samedi dernier lors d’une veillée funèbre.
Elle a presque disparu de « nos » médias dominants. Mais elle continue de faire des ravages, un an et quatre mois après son début : la guerre sanglante que mène (en premier lieu) « notre » allié, le régime saoudien, en terre yéménite...
À la tête d’une coalition militaire sunnite, le nouveau roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, s’est lancé dans une opération militaire à haut risque au Yémen...
La situation au Yémen, pays le plus peuplé et (de loin) le plus pauvre de la péninsule arabique, semble assez inédite par plusieurs aspects.

Après une répression terrible depuis le 16 janvier dernier, le président du Yémen a accepté la proposition de l’Arabie saoudite et devrait quitter le pouvoir.
Depuis janvier dernier, le Yémen connaît une mobilisation sans précédent qui ne faiblit pas malgré la terrible répression menée par le régime. Entretien avec Abdelalim Al-Amoudi, représentant de la Coalition de la jeunesse de la révolution yéménite en France.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Yemen