violences sexistes

La jeune étudiante indienne violée et torturée par six hommes à New Delhi est morte samedi 29 décembre.
Une jeune femme, Savita Halappanavar, est morte récemment en Irlande après que l’hôpital lui ait refusé l’avortement.
L’affaire DSK a jeté une lumière crue sur la force des préjugés sexistes issus de l’organisation patriarcale de la société et la réalité maintenue de l’oppression des femmes. Tout y est passé.
Les chiffres sont toujours terribles: 75 000 femmes violées par an, plus de 150 décédées sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon.
Sexuelles, physiques, verbales ou psychologiques, les violences faites aux femmes font trop souvent partie de leur quotidien.
Quand une femme dit non, c’est non !
La semaine dernière, deux émissions de radio sont venues rappeler l’intolérable banalisation des violences faites aux femmes, quand celles-ci ne sont pas tout simplement rendues invisibles. Retour sur les formes prises par ce sexisme médiatique.
15 millions de téléspectateurs pour un numéro réglé comme du papier à musique, et l’objet du scandale serait simplement un rapport sexuel ayant eu lieu hors des liens sacrés du mariage. Rapports de pouvoir, violence, tout cela est balayé d’un revers de main.
Ça y est, Dominique Strauss-Kahn est de retour à Paris. Ce qui fut qualifié de feuilleton médiatique s’achève sans doute, au moins temporairement. À moins que la question de la place de l’ex-directeur du FMI dans la campagne présidentielle le fasse rebondir.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à violences sexistes